Nouvelle passe d’arme entre l’Iran et les Etats-Unis sur l’arme atomique

Alors que récemment encore, Téhéran nourrissait l’espoir qu’un dialogue s’instaure avec la nouvelle a

mardi 3 mars 2009

Alors que récemment encore, Téhéran nourrissait l’espoir qu’un dialogue s’instaure avec la nouvelle administration américaine dans le respect mutuel, le ton n’a cessé de monter entre les autorités des deux pays, avec en toile de fond la lancinante suspicion de la première puissance mondiale sur les capacités de l’Iran à se doter de la bombe atomique.

S’affrontant dans des joutes oratoires qui atteignent ces jours ci un certain paroxysme, l’Iran, par la voix de son porte-parole du ministère des affaires étrangères, vient de démentir avec force les nouvelles allégations du chef de l’état-major américain selon lesquelles Téhéran disposerait de matière fissile en quantité suffisante pour se doter d’une telle arme nucléaire : « C’est sans fondement d’un point de vue technique et cela s’assimile à de la propagande » a répliqué Hassan Qashqavi, qui a rappelé à la communauté internationale que l’Iran était signataire du traité de non-prolifération nucléaire.

Inquiète à l’idée que la situation s’enlise dans un conflit sans issue, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui a mis en place des dispositifs de surveillance de l’uranium iranien et de son enrichissement, appelle à un déblocage d’urgence de ce qui est devenu un véritable dialogue de sourds.

Mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, et l’Iran est de nouveau sur le banc des accusés, sans présomption d’innocence.

Publicité

commentaires