Nous sommes dans l’urgence

L’heure est à l’extrême vigilance. Nous vivons un moment historique. Le « peuple » comme sujet philo

par

samedi 15 janvier 2011

L’heure est à l’extrême vigilance. Nous vivons un moment historique. Le « peuple » comme sujet philosophique de l’histoire inaugure une ère nouvelle pour la Tunisie. Ce retour du « Peuple » sur la scène historique est l’évènement philosophique par excellence qui changera la donne dans le monde arabe et dans le monde. Ces dernières décennies, contre les théories philosophiques comme le peuple manque, le peuple est un concept abstrait, une masse anonyme, ou des groupes sociaux animés par des intérêts opposés ou chacun cherche, à travers les médias, une existence spectaculaire ; le peuple tunisien se dresse comme un seul corps, dans une révolution pacifique, à mains nues, animé par une volonté commune, par un idéal commun, pour insuffler dans le corps du monde un nouvel espoir : le peuple est de retour.

Il l’a démontré en Tunisie. Il était la locomotive de la contestation. Les partis politiques étaient à l’arrière scène. Les pays voisins, les dictatures arabes et leurs défenseurs en Occident préfèrent t l’existence d’une avant-garde qui s’approprie la voix du peuple pour ensuite s’approprier ses richesses.

Et c’est pour cette raison que nous sommes dans l’urgence. Car une contre révolution a commencé la veille pour voler au peuple tunisien sa victoire. Une milice organisée pratique la politique de la terre brûlée pour semer la terreur dans la population et brandir devant elle la menace d’un avenir chaotique pour l’amener à désirer la stabilité. Lui faire sentir que son geste héroïque –son désir d’émancipation, n’est qu’un saut dans l’inconnu, un acte aventurier et quelques soient les manquements du système précédent, il est préférable au chaos qui vous attend.

Les bandes organisées et leurs commanditaires dont l’émancipation des peuples leur fait peur crée la terreur pour que la population ne désire que la stabilité (la tranquillité). Le désir révolutionnaire du peuple se transforme pour ne désirer, en priorité, que le retour à la stabilité. C’est-à-dire faire sien le désir de la minorité prédatrice de l’ancien système et ses défenseurs dans le monde.

Le désir du peuple tunisien est un désir révolutionnaire. La révolution dans son essence est éthique. Le peuple tunisien inaugure une nouvelle ère pour l’humanité. Face à la mondialisation qui dessine la nouvelle configuration du monde, le peuple tunisien démontre que le peuple est encore le sujet historique.

Nous sommes dans l’urgence. L’urgence de refuser qu’on vole au peuple tunisien le trésor qu’il vient de créer et dont les peuples du monde sont les héritiers. S’il ya un miracle tunisien c’est celui-ci. La renaissance du peuple comme sujet historique.

Publicité

Ancien professeur à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts d’Alger

commentaires