Samedi 22 November 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Nourrir son cœur de l’amour du Prophète (BSSL)

Nourrir son cœur de l’amour du Prophète (BSSL)
fr
http://oumma.com/

Mohamed (BSSL) est le Messager de Dieu envoyé à tous les humains au-delà de leur couleur de peau, leur langue, leur race ou encore leur statut social. Physiquement et moralement doué, le Prophète (BSSL) est un homme parfait. Les musulmans sont les premiers invités à redécouvrir leur modèle prophétique, cette aspiration spirituelle et cette bonté de cœur, qui l’habitaient et qui l’animaient, ils sont également invités à contempler, méditer et suivre le sens de sa marche et l’essence de sa voie.

Partagez :

Mohamed (BSSL) est le Messager de Dieu envoyé à tous les
humains au-delà de leur couleur de peau, leur langue, leur race ou encore leur
statut social. Physiquement et moralement doué, le Prophète (BSSL) est un homme
parfait. Les musulmans sont les premiers invités à redécouvrir leur modèle
prophétique, cette aspiration spirituelle et cette bonté de cœur, qui
l’habitaient et qui l’animaient, ils sont également invités à contempler,
méditer et suivre le sens de sa marche et l’essence de sa voie.

Le rayonnement spirituel style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'> du Prophète
(BSSL) :

Le Prophète (BSSL) était pour l style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>es compagnons un Coran
vivant, un Modèle excellent qui enseignait par son comportement plus que par
ses paroles.

Le rayonnement spirituel du Prophète (BSSL)
était si fort qu’un de ses compagnons Ibn Abbas disait : « Un seul
regard sur le Messager de Dieu vaut mieux que quarante année
d’adoration ».

Il était rayonnant par la lumière foisonnante
et jaillissante se dégageant de son visage béni à tel point que ses compagnons
le qualifiaient de « Al Badr Al Mounir » (pleine lune).

Les compagnons du Prophète (BSSL) qui
surveillaient chacun de ses mouvements ont rapporté tous les détails sur sa
conduite, dans toutes les circonstances : le jour comme la nuit, en temps
de paix comme en temps de guerre, dans un moment de bonheur comme dans un
moment de chagrin et d’émotion, en public et en privé. Chaque circonstance de
sa vie est un modèle à suivre. Sa vie entière fût une adoration, durant ses
longues nuits de prière, sa femme Aïcha lui demandait la raison de ses pleurs,
alors que Dieu lui a pardonné ses péchés antérieurs et postérieurs, il
répondit : « Ne dois-je pas être un serviteur
reconnaissant » class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[1]
.

L’excellence du comportement est la
manifestation de la réalité spirituelle du Prophète, comme l’a écrit Ibn Ata
Allah  : « La beauté des actions procède de la beauté des états de
l’âme (Al Hal) et la beauté de ces états vient de la confirmation dans les
stations (maqamat) où descendent, sur les cœurs, les faveurs divines » href="#_edn2" name="_ednref2" title=""> class=MsoEndnoteReference>[2]
.

Afin d’illustrer cet aspect du comportement du
Prophète qui intègre parfaitement la vie spirituelle et la vie temporelle,
rappelons les principales de ses qualités sublimes.

Le Prophète (BSSL) était le plus respectueux
de ses engagements, le plus respectueux de ses liens de parenté, le plus
clément, le plus doux avec les gens, le plus sociable et le plus poli. Le
louant pour sa moralité, Dieu dit : « Et en vérité, tu es
d’une excellente moralité » class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[3]
.

La patience, la persévérance, l’endurance et
la longanimité étaient ses qualités, son indulgence ne cessait d’accroître face
au mal des injustes class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[4]
.

Son éloquence était surprenante. Il avait la
faculté d’exprimer beaucoup d’idées avec peu de mots. Toutes ses paroles
étaient des perles de sagesses inimitables. Ses phrases se distinguaient par la
clarté et la sobriété, ses mots étaient bien cadencés name="_ednref5" title=""> class=MsoEndnoteReference>[5]
title=""> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[6].

Aicha a rapporté qu’il réparait lui-même ses
sandales, cousait ses vêtements, participait aux tâches ménagères. Il nettoyait
ses vêtements, trayait la brebis et assurait son propre service. name="_ednref7" title=""> class=MsoEndnoteReference>[7]

Le Remède des âmes :

L’amour du Prophète (BSSL) est une partie
intégrante de l’amour de Dieu, car c’est grâce à lui que l’on aspire à
connaître notre Seigneur et que l’on sait comment arriver à Lui.

Le Prophète (BSSL) affirme : « 
Aimez Dieu pour ce qu’il vous comble en bienfaits et aimez-moi pour l’amour de
Dieu » class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[8]

.

L’amour du Prophète (BSSL) est un remède qui
délivre des passions du cœur et du mal de l’ego. L’orgueil, l’autosatisfaction,
l’injustice, la vanité, la volonté de domination, entre autres, constituent
autant de voiles qui habitent le cœur et qui empêchent le cheminement vers
Dieu. L’amour de son Messager (BSSL) est une condition sine qua non pour entrer
en contact avec cette autre dimension, qui est celle du cœur et de
l’Amour : la présence divine. L’amour
de Dieu  et l’amour du Prophète (BSSL) sont indissociables.

Une fois
on a demandé à Ali ibnou Abi Talib (que Dieu l’agrée), « Comment était
votre amour pour le Messager d’Allah ? ». Il a répondu : « par Allah,
nous l’avons aimé plus que nos richesses, nos fils, nos pères et nos mères et
plus que l’eau froide par un temps de grande soif ».

Un bédouin est venu voir le Prophète et lui
dit « Ô Prophète ! Quand l’heure viendra-t-elle ? Il lui
répond : « Qu’as-tu préparé pour sa venue ? » L’homme
dit : « Pas beaucoup de prières ni de jeune sauf j’aime Dieu et Son
Messager » Et au Prophète de dire « l’homme est [sera ressuscité]
avec ceux qu’il aime
  ».
En rapportant ce Hadith, Anas le compagnon
ajoute : « Nous n’avons jamais été autant heureux que lorsque
le Prophète a dit : « Tu es avec celui que tu aimes. » Et
moi j’aime le Prophète, Abou Bakr et Omar et j’espère être avec eux de par mon
amour pour eux bien que je n’aie pas œuvré autant qu’eux
. » href="#_edn9" name="_ednref9" title=""> class=MsoEndnoteReference>[9]
.

L’envoyé de Dieu a dit : « Je
jure par celui qui détient mon âme que personne parmi vous ne peut être
vraiment croyant (moumin) que s’il m’aime plus que ses enfants, ses parents et
tous les humains 
 » class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[10]

Entendu ce Hadith, Omar a dit « Ô
envoyé de Dieu, je t’aime plus que mes enfants, mes parents et tous les
humains à l’exception de moi », le Prophète s’adressant à Omar Ibn
Al-Khattab dit « tant que je ne serais pour toi plus chère que toi-même »
.

Omar se ressaisi. Il corrigea ses propos en
disant : « Ô envoyé de Dieu, je t’aime plus que moi-même, mes
enfants, mes parents et tous les humains »

 Le Prophète (BSSL) répondit :
« C’est maintenant Ô Omar  ».

Un homme, rapporte Aîcha l’épouse du Prophète,
vint voir le Messager de Dieu et dit : « Tu es plus aimé de
moi que ma famille et tous mes biens. Chez moi je me souviens de toi et je ne
puis me retenir de venir et de te regarder. Mais j’ai pensé à ma mort et à ta
mort et j’ai réalisé que lorsque tu rentreras au paradis tu seras élevé en
compagnie des Prophètes et que si j’y rentre, je ne pourrai plus te
voir. » Dieu révéla alors : « Celui qui obéit à Dieu et Son
Messager sera avec ceux comblés du bienfait de Dieu dont les Prophètes, les
véridiques, les martyrs et les pieux. Et quelle excellente
compagnie ! » class=MsoEndnoteReference> style='font-size:10.0pt;font-family:Verdana;color:black'>[11]
.

L’amour pour Dieu, doit en effet, se traduire
par l’imitation confiante du Prophète (BSSL). L’imitation gestuelle et
superficielle ne suffit pas, il faut, en outre, l’imitation de l’intérieur et
la sympathie du cœur.

Conclusion :

Le Prophète (BSSL) a laissé incontestablement
après lui, une voie, un système, un héritage, complet et globale
d’enseignement, de conception, de culture mais aussi d’actions et de bel agir.
Un arsenal de trésors dont l’humanité a besoin, sans aucun doute, surtout à
notre époque, qui se révèle à l’horizon porteur de beaucoup de surprises. Dieu
dit : « Dieu ne changera pas les conditions de vie d’un peuple
avant que celui-ci ne change les conditions d’être de son ego
 » href="#_edn12" name="_ednref12" title=""> class=MsoEndnoteReference>[12]
.



class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[1] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Hadith style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> rapporté par Mouslim et Ibn Hibban

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[2]
Ibn Ata Allah, Maître
spirituel et savant Malékite du XIIIème siècle, mort en 1309.

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[3] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Coran, Sourate style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>68, Verset 4

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[4] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Le lien étroit entre la beauté des
actes et la réalisation spirituelle trouve sa source en la personne même du
Prophète Mohamed ainsi que l’atteste par exemple ce hadith : « J’ai
été envoyé pour parfaire la noblesse du comportement »

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[5] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Oum Ma’abad Al-Khuza’iyya a dit : « Ses
paroles sont agréables, ordonnées dépourvu de tout mot superflu ... » (r
style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>apporté par Ibn Qayyim dans son
livre Zad al Ma’ad)

title="">[6] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>Khadija bint Zayd a dit :
« Il était souriant silencieux et ne parlait pas sans nécessité. Il se
détournait de ceux dont le parler était grossier ou impoli. Il était le plus
humble des gens, dépourvu de toute arrogance, interdisant aux gens de se lever
pour lui. Il s’asseyait avec les pauvres, acceptait l’invitation des esclaves
et se mêlait à ses compagnons » (Hadith rapporté par le grand savant Al-Qadi Iyyad dans son fameux livre Achiffa)

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[7] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Hadith rapporté par style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>par Attirmidhi style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>, Bayhaqui et aussi par le savant
Ibnou Kathir dans son livre Al-Bidaya wa An-nihaya

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[8] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Hadith rapporté par Attirmidhi

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[9] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Hadith style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> rapporté par style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Anas d’après Al-Boukhari et
Mouslim, un autre hadith similaire s’est passé avec Abou Dhar et rapporté par
Al-Moundhiri dans son livre attar-rib wa attar-hib

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[10] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Hadith rapporté par Al-Boukhari et
Mouslim

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[11] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'>Hadith rapporté par Abou Bakr
al-Haïthamî dans Majma’ az-zouâ-id, Abou Nou’aïm dans son livre Hilyah
Al-Awliyya

class=MsoEndnoteReference> class=MsoEndnoteReference>[12] style='font-size:9.0pt;font-family:Verdana'> Coran, Sourate 4 Verset 69

Publicité Oumma.com