Non au Traité Constitutionnel Européen et 3 fois NON !!!

Un traité constitutionnel européen qui s’inscrit dans une logique de protection des intérêts économique

mercredi 25 mai 2005

Le traité constitutionnel européen aurait pour vocation de renforcer l’Europe face à la toute puissance américaine d’un côté et chinoise de l’autre. Cette constitution doterait l’Europe de la voix d’un président et de celle d’une représentation unique des affaires étrangères, mais on sait que la réalité européenne est trop complexe pour la distinguer ou la détacher de ses liens historiques avec l’OTAN, et pour nous convaincre qu’elle s’émanciperait si facilement par la mise en place de ce nouveau traité.

Un traité qui aurait aussi le mérite de permettre à l’Europe de s’affirmer face aux toutes puissances économiques d’Outre Atlantiques et d’ailleurs grâce à la consécration d’une orientation économique libérale. Même si la mondialisation libérale et sauvage a de beaux jours devant elle, notre refus de brader les valeurs républicaines, celles de l’intérêt commun et général, de la prééminence du droit sur l’enjeu économique doit être ferme.

Notre tradition historique politique a vu naître des résistances à l’instrumentalisation de l’idée généreuse d’une république sociale, fraternelle pour laquelle tant de sang a coulé.

C’est NON, républicainement NON à ce traité, à ce hold-up des luttes.

Un traité constitutionnel européen qui s’inscrit dans une logique de protection des intérêts économiques avant tout, ne peut correspondre aux aspirations d’une Europe où l’humain serait au centre des préoccupations pour son devenir.

Une Europe à la porte de la misère et des injustices qui ravagent les continents africain, asiatique et d’ailleurs, ne peut s’accommoder d’un oui qui renforcerait sa forteresse.

Bien que ce traité soit présenté comme une meilleure alternative aux traités existants que nous subissons, on nous argumente que le pire est à venir avec un NON français. Mais rappelons à celles et à ceux, hypnotisés par leurs sentiments de vérité absolue dans la lutte pour le leadership, que la France a toujours été à la pointe des luttes : certes la révolution française n’est pas la première du genre, mais elle a donné de l’écho pour qu’une partie de l’humanité se libère de l’absolutisme, bien que la France ait été un empire colonial, cela n’a pas empêché l’émergence d’une résistance de l’intérieur en soutien aux guerres d’indépendance qui ont pesé dans le cours de l’histoire. Notre NON sera un service rendu à celles et à ceux d’Europe qui n’ont pas la chance de choisir. Notre NON donnera de l’espoir à l’humanité : NON et humainement NON !

Notre position en tant que porteurs d’une foi nous met face à notre responsabilité d’un témoignage. Quelque soit la puissance qui nous défie, tant que celle-ci est injuste, elle doit entendre notre voix : celle du refus, celle de la résistance à des dominations meurtrières. La dignité a un prix en islam, celle de porter haut et fort les principes de défense du faible pour valoriser sa place et la résistance au fort pour relativiser son pouvoir, devant les hommes et devant Dieu. L’ordre mondial établi broie des millions de vie, le traité constitutionnel européen viendra conforter ce désordre mondial où le fort décide du sort du faible, où le fort vit du sang du faible tel un vampire.

NON et islamiquement NON, à ce projet qui ne sera que la validation des insécurités sociales qui se développent en Europe. Une autre Europe est possible et pour cela, 3 fois NON pour le 29 mai et pour l’après 29 si le oui l’emportait.

Mais dans tous les cas, nous musulmans, devons être encore plus vigilants face aux sirènes de l’illusion.

Ali Rahni
Porte-parole du CMF

Publicité

commentaires