Neuf députés UMP de la mission parlementaire sur la burqa exigent la démission de Yazid Sabeg

Ceux- là mêmes qui montaient aux barricades pour défendre la sacro-sainte liberté d’expression de tout d

vendredi 11 septembre 2009

Ceux- là mêmes qui montaient aux barricades pour défendre la sacro-sainte liberté d’expression de tout dire dans l’affaire des caricatures, sont certainement les mêmes qui s’érigent aujourd’hui sans complexe en directeurs de conscience, déniant à certains plus qu’à d’autres le droit légitime d’exprimer une opinion à contre-courant de la pensée unique.

Dans la ligne de mire de neuf députés UMP qui exigent sa démission, Yazid Sabeg, le commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, fait l’objet d’un déchaînement qui honore son courage politique.

Laissant la place à l’homme de convictions soucieux de rassembler les citoyens français, l’homme d’affaires d’origine maghrébine dont la nomination au gouvernement a couronné une réussite sociale, est la cible de l’offensive de parlementaires, qui se réclament de l’esprit républicain pour museler définitivement celui qui a osé fustiger dans les colonnes du magazine La Croix une diversion politicienne qualifiée à juste titre de « nouveau piège tendu à notre pays ».

Dès mercredi, les neuf signataires ont réclamé la tête de Yazid Sabeg, en se déclarant offusqués par ses propos qui « mettent directement en cause le travail de la mission parlementaire et foulent au pied l’égalité des sexes et la dignité de la personne ».

Une accusation bien outrancière pour disqualifier un homme qui rappelait les élus à leur devoir de privilégier la paix sociale et de ne pas attiser des antagonismes à fleur de peau.

Avec à leur tête le député des Yvelines, Jacques Myard, qui s’est illustré en juin dernier par une diatribe haineuse et ordurière contre les musulmans de France, la démission de Yazid Sabeg serait un inquiétant signal d’alarme : celui de la reddition de la liberté d’expression devant l’intégrisme anti-musulman.

Publicité

commentaires