Nadine Morano nominée au prix du "colonialiste de l’année 2010"

Après, Eric Besson, Brice Hortefeux et André Gérin, c’est maintenant Nadine Morano qui concourt au prix d

mardi 15 décembre 2009

Après, Eric Besson, Brice Hortefeux et André Gérin, c’est maintenant Nadine Morano qui concourt au prix du "colonialiste de l’année 2010" pour les propos qu’elle a tenus lors d’un débat sur la supposée "identité nationale".

En effet, elle a déclaré "Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers".

Ainsi, après Nicolas Sarkozy qui assimilait tous les français de confession musulmane à d’éternels "accueillis", c’est Nadine Morano qui veut décider, comme au temps des colonies, comment doit se comporter le "bon musulman". Pour elle, quand un "français musulman" est au chômage, c’est qu’il n’aime pas la france... Elle doit penser comme son collègue de l’UMP, maire de Goussainville et qui estimait qu’il y en avait "10 millions d’immigrés" payés à ne "rien foutre".

Après la loi sur le supposé apport "positif" de la colonisation, c’est maintenant le statut du "français musulman" de notre époque coloniale que le gouvernement de Nicolas Sarkozy veut réhabiliter. Au point où on va, le "grand débat sur l’identité nationale" va probablement se terminer par un nouveau "code de l’indigénat" !

Dans le monde de Nicolas Sarkozy, les devoirs et droits de la république ne s’appliquent pas de la même manière à tous. Quand on est musulman, on a les "devoirs" sans les "droits", il faut alors se conformer au "prototype" que les nombreux colonialistes de ce gouvernement vont décider selon leur lubie du jour.

Pour sortir du débat nauséabond sur la supposée "identité nationale", nous vous donnons rendez-vous en février 2010 pour la 5ème édition de la semaine anticoloniale. Colloques, évenements culturels, manifestations, remise du prix du colonialiste de l’année et grand débat sur "l’identité coloniale de la France" nous permettront de sortir du colonialisme, tel que prôné par l’actuel gouvernement, et demander l’abolition du ministère de l’Immigration et de l’identité nationale.

Plus de 70 associations, dont le Mrap, Survie, Cedetim, Afaspa, CAAC, ACCA, Verts, NPA, PCF, participent tous les ans à la semaine anticoloniale.

Publicité

commentaires