NON A UNE EXTENSION DE LA GUERRE AU MOYEN-ORIENT !

L’UJFP dénonce avec la plus grande énergie les appels à la guerre contre l’Iran lancés ces dernières

mardi 20 février 2007

L’UJFP dénonce avec la plus grande énergie les appels à la guerre contre l’Iran lancés ces dernières semaines en Europe, en Israël et aux Etats-unis.

La guerre contre l’Irak, l’intensification de la violence contre la Palestine et la récente agression israélienne contre le Liban ont montré combien ces opérations militaires étaient immorales, contraires auxprincipes élémentaires du droit international, destructrices et criminelles.

La question du nucléaire, la question des relations entre Israel et les autres Etats de la région ainsi que la question du respect des droits politiques et sociaux de leurs citoyens respectifs, ne trouveront pas de réponses dans l’extension de la guerre que l’impérialisme américain et ses agents israéliens mènent contre les peuples du Moyen-Orient, avec la complicité active ou passive des Etats européens. Aucun de ces problèmes ne trouvera de réponses en dehors d’une approche globale, d’une dénucléarisation complète de la zone et surtout d’un règlement du conflit israélo-palestinien fondé sur le droit international et le respect des droits nationaux palestiniens.

Ceux qui justifient la guerre au nom de la promotion de la démocratie, des droits de l’homme et du droit des femmes sont des menteurs, des politiciens cyniques et malhonnètes. Les comportements négatifs du régime iranien à l’égard de ces mêmes droits ne changent rien à cette réalité. Souvenons-nous des prétextes invoqués pour envahir l’Irak et des mensonges de la guerre contre le terrorisme de George Bush ! Les désastres irakiens, libanais et palestiniens, le nombre de morts et de blessés qu’ils engendrent toujours, le niveau incroyable de souffrances, de destructions et de désintégration sociale qu’ils ont provoquées et qu’ils provoquent encore, tous ces faits témoignent par eux-mêmes du mépris dans lequel ceux qui appellent à la guerre tiennent les droits humains. De ces mensonges, ce sont les populations civiles, en particulier les femmes et les enfants qui sont les premières victimes.

Dans ces conditions, ceux qui soutiennent les guerres au Moyen-Orient et qui appellent à leur extension ou à leur reprise (contre le Liban), ne peuvent être considérés autrement que comme les complices des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, déjà commis et à venir.

Aussi, même si certains propos tenus par des officiels iraniens à l’égard d’Israel sont parfaitement irresponsables et quel que soit le scandale de l’invitation des négationnistes à Téhéran, ces faits ne sauraient justifier une nouvelle déflagration militaire au Moyen-orient dont on ne peut sous-estimer les conséquences au niveau global.

Courroie de transmission en France de la politique colonialiste israélienne, le CRIF fait de l’Iran une caricature qui a peu à voir avec une réalité bien plus complexe. Cette diabolisation lui permet d’entretenir l’idée selon laquelle les armées israélienne et américaine seraient les remparts d’un occident soi-disant "judéo-chrétien" menacée dans sa vertu par un orient islamique et archaïque. Mais, ceux qui soutiennent une telle perspective cherchent surtout à légitimer les entreprises impérialistes actuelles et à faire oublier que ce sont Israel et les USA qui sont les premiers responsables des destructions actuelles au Moyen-orient.

L’UJFP refuse fermement cette logique de choc des civilisations. L’UJFP dénonce la reprise de cette logique par un certain nombre de candidats à la présidentielle et condamne ces appels criminels à la guerre.

Publicité

commentaires