Mosaïc, une association « laïquement correcte », sous l’égide de l’Etat

Au moment même où Nicolas Sarkozy exalte à nouveau la thématique de l’identité nationale à des fins p

jeudi 29 octobre 2009

Au moment même où Nicolas Sarkozy exalte à nouveau la thématique de l’identité nationale à des fins purement électoralistes, scrutin des régionales oblige, d’autres font resurgir opportunément un autre cheval de bataille, bien dans l’air du temps, répondant aux mêmes calculs grossiers : islam et laïcité.

Forte de la caution gouvernementale, l’association Mosaïc, née le 1er juin 2009, affiche fièrement son particularisme laïc comme gage essentiel de sa loyauté à la république française.

Ainsi, cette nouvelle fédération nationale laïque des citoyens de sensibilité musulmane, et non de confession musulmane, on appréciera la nuance, émerge à point nommé pour donner du crédit à un vrai faux débat identitaire qui devrait être l’apanage de philosophes, de sociologues, de citoyens, de partis politiques, notamment de l’opposition, et non d’un Etat intrusif qui tranche sur tout et en tout.

Placé sous le haut patronage de Christian Estrosi, Ministre chargé de l’industrie, Mosaïc inaugure en grande pompe le 31 octobre prochain son premier colloque dont l’intitulé claque comme un slogan conçu par les idéologues de l’Elysée, qui espèrent ratisser large avec la transfuge socialiste de l’immigration, Fadela Amara : "Citoyenneté et Français de sensibilité musulmane : Ensemble, changeons la donne ! Enjeux et perspectives".

Nouvelle diversion pour éclipser les scandales en série, le surendettement de l’Etat et une pandémie économique, le gadget identitaire de Nicolas Sarkozy a fait long feu.

Publicité

commentaires