Michael Jackson et l’islam : à la croisée des chemins

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la disparition brutale de la scène mondiale du roi de la pop, un show

dimanche 24 janvier 2010

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la disparition brutale de la scène mondiale du roi de la pop, un showman planétaire de légende qui a emporté avec lui le secret intime de sa quête spirituelle.

Tel un halo lumineux qui entoure le mythe Jackson, son aspiration profonde à Dieu avait cependant transpercé, à l’annonce de sa mort, à travers l’adieu émouvant « Michael était un cadeau d’Allah » que lui avait adressé, bouleversé, celui qui fut certainement l’un de ses plus proches confidents, son frère converti à l’islam, Jermaine Jackson.

Dans une récente interview accordée à la chaîne Al Arabyia, Jermaine Jackson a confirmé une rumeur qui n’a cessé de s’amplifier au fil du temps : Michael Jackson était bien sur le chemin de la conversion.

Installé à Bahrein en 2005, où il possédait une villa gérée par une équipe entièrement musulmane, la superstar en exil se ressourçait loin du déchaînement médiatique, puisant dans un approfondissement des préceptes coraniques la force de se reconstruire.

L’extrême sensibilité de l’homme mêlée à celle de l’artiste s’imprégnait de l’appel à la prière avec un infini plaisir, et tout dans son comportement indiquait que ce voyage initiatique résonnait au tréfonds de son âme, ainsi que l’a relaté Jermaine Jackson. Dévorant tous les ouvrages d’Arabie Saoudite, de Barhein, de différentes mosquées, que lui rapportait son frère, Michael Jackson marchait à grands pas vers Dieu.

Convaincu que son procès pour abus sexuel était une mascarade montée de toutes pièces par la CIA, Jermaine Jackson a confié étreint par l’émotion : « Il était prêt à faire ce voyage (spirituel). L’islam l’aurait protégé... Sa vie a été éprouvante ».

A la croisée des chemins, l’inoubliable interprète de douces mélodies fraternelles avait perçu dans l’islam le plus bel hymne d’amour qui soit.

Publicité

commentaires