Marine le Pen rend hommage à Malek Boutih

Nous publions le vœu du groupe Front National pour le Conseil Régional Ile de France des 26 et 27 mai 2005,

mercredi 25 mai 2005

Nous publions le vœu du groupe Front National pour le Conseil Régional Ile de France des 26 et 27 mai 2005, dans lequel Marine le Pen rend un hommage appuyé à Malek Boutih pour son rapport sur l’immigration (cf à ce sujet le texte de Vincent Geisser publié sur oumma.com).

Vœu du groupe Front National pour le Conseil Régional Ile de France

 des 26 et 27 mai 2005

Vœu

L’assemblée régionale organisera un débat, sous une forme qui permettra la participation des conseillers régionaux de tous les groupes représentés en son sein, sur le thème de l’Ile-de-France face aux migrations, de leurs conséquences sur les besoins en service collectifs (transports, logement, éducation, santé) afin d’éclairer, tant les travaux d’élaboration ou de révision des différents documents d’aménagement du territoire, que les politiques des collectivités locales franciliennes en général.

Exposé des motifs

L’actualité de la révision du SDRIF appelle une réflexion d’ensemble sur la démographie, la densification et l’identité de notre territoire. Il s’agit d’un préalable à ce travail, faute de quoi cette révision pourrait se solder par un nouvel échec.

Comme le dit fort justement Malek BOUTIH, dans son rapport remis récemment à la demande du Parti Socialiste, il convient de s’appuyer sur la situation réelle de l’immigration en france, après des années de statistiques biaisées, de tabous et de débat interdit, afin de remettre à plat la question.

Il est curieusement fait l’économie d’une telle démarche. Pour autant, les phénomènes migratoires ont un impact certain. L’installation de migrants originaires de pays à faible niveau de vie, ce qui est le cas le plus fréquent, augmente notablement les besoins en équipements et en services collectifs et sociaux que doivent mettre en place les collectivités. Il est, par exemple, très étonnant de ne jamais voir ce facteur intégré à la problématique du logement social, alors qu’il contribue notablement à l’augmentation de l’offre et au déséquilibre du marché.

Pourraient également être analysées, entre autres, les conséquences du départ des populations une fois l’âge de la retraite atteint ainsi, inversement, que l’arrivée en Ile-de-France de jeunes entrepreneurs ou salariés nés et formés en Province. Ce double phénomène introduit un important biais quant aux statistiques franciliennes (revenus, comptes sociaux).

Enfin, l’impact des expatriations pourrait être utilement intégré.

La réflexion que nous proposons engloberait donc aussi bien les migrations transnationales que de région à région sur le territoire français, ou encore les mouvements des populations au sein même de la Région. Elle aurait pour but de participer à une meilleure connaissance des mécanismes à l’oeuvre et de fournir des outils d’actions nouveaux.

Marine Le Pen

Publicité

commentaires