Manuel Valls à l’assaut du voile "là où il y a des enfants"

Le plus à droite des prétendants au pouvoir du parti socialiste, l’ambitieux quadra qui se projette déjà

lundi 8 novembre 2010

Le plus à droite des prétendants au pouvoir du parti socialiste, l’ambitieux quadra qui se projette déjà dans le grand bain bouillonnant des primaires, le preux chevalier blanc qui a fait de la sécurité son fougueux cheval de bataille et du port de tous les voiles un enjeu majeur de campagne, celui qui pactise volontiers avec son plus cordial ennemi, Jean-François Copé, Manuel Valls, l’élu de terrain qui rêve de fouler un terrain de jeu d’une tout autre envergure, celui de la cour de l’Elysée, repart à l’assaut du foulard islamique dans un parfait passage de relais avec l’UMP.

Alors que le conseil des prud’hommes de Mantes-la-jolie statue sur l’affaire de la crèche Baby Loup, qui oppose une salariée voilée à sa direction pour licenciement abusif, le député Valls, à l’affût du moindre vide juridique en la matière, a déniché le petit alinéa qui manquait pour marquer de son empreinte une législation pourtant pléthorique.

Interdire "le port de signes religieux où il y a des enfants", toujours plus grand, toujours plus fort, voilà la nouvelle trouvaille réglementaire que la crèche Baby Loup a insufflé à Manuel Valls ! Et on peut faire confiance au maire d’Evry, très à l’étroit dans sa bonne ville, où les places de marché sont un peu trop colorées à son goût, pour aller au bout de son obsession kafkaïenne d’éradiquer le voile, quand bien même serait-elle foncièrement anti-républicaine et confinerait-elle à l’ubuesque.

Trop de lois, tue la loi… Pas pour Manuel Valls, qui désapprouve haut et fort la clémence dont a fait preuve la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde), en apportant son soutien à la salariée discriminée. Heureusement, le député avide de légiférer pourra compter sur l’esprit profondément laïc qui anime Jeannette Bougrab, la nouvelle heureuse élue du sarkozysme, fraîchement promue aux plus hautes responsabilités de la Halde, qui a décidé de donner toute sa chance "au principe fondamental de notre République qui est la laïcité"...

Publicité

commentaires