Libye : une guerre en préparation depuis novembre 2010 ?

Sarkozy voulait sa guerre, il l’a - au forceps - grâce à Bernard-Henri Lévy, Alain Juppé, et au gouvernement conservateur anglais. Un exercice militaire de grande ampleur franco-britannique, planifié en trois mois – au lieu de six habituellement - va lui faciliter la tâche. Il est prêt pour attaquer « Southland »… entre le 21 et le 25 mars, un pays affublé d’un « régime dictatorial » au sud de la Méditerranée . Nom de code de l’opération « Southern Mistral », et celui de la première frappe : « Desert Storm » !

Sarkozy voulait sa guerre, il l’a - au forceps - grâce à Bernard-Henri Lévy, Alain Juppé, et au gouvernement conservateur anglais. Un exercice militaire de grande ampleur franco-britannique, planifié en trois mois – au lieu de six habituellement - va lui faciliter la tâche. Il est prêt pour attaquer« Southland »… entre le 21 et le 25 mars, un pays affublé d’un « régime dictatorial » au sud de la Méditerranée (1). Nom de code de l’opération « Southern Mistral », et celui de la première frappe : « Desert Storm » ! Elle est aujourd’hui programmée pour de vrai, quel que soit le nom qui va lui être attribué pour donner le change. Pour attaquer la Libye, donc, il ne manquait que l’habillage diplomatique de l’intervention occidentale, c’est-à-dire la caution du Conseil de sécurité de l’ONU et la constitution d’une coalition comprenant « nos bons vieux amis arabes ». C’est fait, en urgence.

On s’en souvient : « Desert Storm - Tempête du désert » était le nom choisi en janvier 1991 par le Pentagone, de l’attaque de l’Irak ordonnée par George Bush (père). L’opération avait été précédée par un exercice quasi identique à « Southland », dirigé quelques mois plus tôt au Koweït, par le général Norman Schwarzkopf. Le régime de Saddam Hussein était déjà clairement désigné comme l’ennemi.

Bye-Bye Kadhafi ?

On ne peut que s’interroger sur l’origine des informations alarmistes publiées dans les médias depuis le soulèvement de plusieurs tribus libyennes soutenues - pour des motifs en partie différents - par le courant islamique djihadiste. Le colonel Kadhafi n’est pas un ange, mais on a l’impression d’assister à un copier-coller de la campagne de diabolisation du Président Saddam Hussein : le Guide libyen « bombarde son propre peuple » - des diplomates et des ministres font défection – des massacres de civils sont dénoncés- les Berbères du djebel Nefousa sont menacés de génocide ; le tout repris en boucle sur la chaîne qatari Al-Jazeera.

A quand un tribunal spécial pour la Libye ? Il ne manque que les armes de destruction massive. Pas de chance : Kadhafi s’en est débarrassé, en 2004, sur les conseils de son « ami », Sir Mark Allen, chef du service Moyen-Orient du MI6, ex Intelligence Service. Un autre de ses « amis », le Premier ministre britannique Tony Blair, a pu ainsi lui décerner, en 2007, le titre de « solide partenaire de l’Occident » ! Comme dit Saïf-al-islam : « c’est vrai que quand tu es fort, tout le monde est tout gentil. Par contre, quand tu es sur le point de t’effondrer, c’est bye-bye… » (2).

(1) Site de « Southern Mistral » :

http://www.southern-mistral.cdaoa.fr/

(2) Interview de Saïf–al-islam par Paris Match (9/3/11)

Auteur : Gilles Munier

Auteur du livre Les espions de l’or noir (Ed. Koutoubia), Gilles Munier est journaliste indépendant, il a également dirigé la traduction de « Zabiba et le Roi » un conte prémonitoire écrit par Saddam Hussein et publié aux éditions du Rocher.

commentaires