Liberté, Islamité, Kanouté

Lors de la saison 2006/2007, il refuse d’arborer le sponsor 888 (société de pari) sur son maillot en le re

par

dimanche 13 mars 2011

Liberté, Islamité, Kanouté

A l’heure où les valeurs républic-haines de Liberté, d’Egalité et de Fraternité refont subitement surface, certains évènements, trop peu connus, méritent d’être mis en lumière, pour éviter à nos élus de sombrer dans l’obscurantisme de l’ignorance.

Car oui messieurs les journalistes et députés, certains re-nois de cités (ceux « que c’est normal de les contrôler plus souvent ») ont décidé de montrer, à leur manière, qu’on peut être Musulman (« ceux qui représentent 80 % des détenus »), engagé et non-violent. Frédéric Kanouté, c’est ce jeune Lyonnais d’origine malienne (il a choisi de jouer pour les Aigles du Mali malgré des débuts sous les couleurs françaises), pétri de talent et au destin hors-norme. Il fait toutes ses classes à l’Olympique Lyonnais, où il signe son premier contrat pro et au passage une conversion à l’Islam, avant de décoller pour l’Angleterre et West Ham en 2000. Mais sa carrière ne prendra réellement son envol qu’à partir de 2005, lorsqu’il rejoindra le club andalou de Séville, tout un symbole… En Espagne, Frédéric plane. Il marque des buts … et les esprits.

Lors de la saison 2006/2007, il refuse d’arborer le sponsor 888 (société de pari) sur son maillot en le recouvrant d’un ruban adhésif car contraire à l’éthique musulmane. Voilà qui aurait fait grincer des dents du côté de l’Elysée … (et la laïcité alors ?!). Fin 2007, F. Kanouté rachète à coups de centaines de milliers d’euros une mosquée menacée de fermeture à Séville (le financement occulte des mosquées !)

L’année suivante, Omar (c’est son prénom musulman) affirme clairement son soutien à Gaza (lors des tueries de Tsahal de 2008) en affichant devant les caméras du monde entier un tee-shirt « Palestina » , geste qui lui a valu une amende de 3 000 euros (et le devoir de neutralité qu’a bafoué Bruno Guigue ?!). Qu’importe, l’essentiel était ailleurs. Entre temps, Frédéric a ouvert une association pour venir en aide aux enfants maliens (une nébuleuse en relation avec Al-Qaîda ?!).

Oui messieurs les journalistes et hommes politiques, il existe des Musulmans engagés et non-violents. Mais vous ne vous en souciez que trop peu. Car comme le dit le proverbe africain, « une forêt qui pousse fait beaucoup moins de bruit qu’un arbre qui tombe ». Comprenez-le comme vous le voulez…

Publicité

Auteur : Fateh Mezenner

commentaires