Lettre d’une égyptienne Professeur de Civilisation française au Président Chirac

Permettez-moi, en tant que musulmane et Professeur de Civilisation française, de porter à votre connaissance

mercredi 7 janvier 2004

Monsieur Jacques CHIRAC

Président de la République Française

Permettez-moi, en tant que musulmane et Professeur de Civilisation française, de porter à votre connaissance quelques éclaircissements sur certains points, relatifs à votre souhait de voir adoptée, par le Parlement, une loi anti-foulard. Car un souhait Présidentiel est, incontestablement, une orientation implicite à toutes les institutions exécutives concernées :

1 - Le voile :

Le voile islamique n’est pas un « signe religieux ostentatoire », ni une obligation cultuelle ou religieuse. C’est une obligation morale, relative à la pudeur de la femme, inscrite dans les trois Religions monothéistes :

Ancien Testament :

Parlant des fières filles de Sion, Yahvé dit :

* « Ce jour-là le Seigneur leur ôtera (...) les vêtements de fêtes et les manteaux, les écharpes et les bourses, les miroirs, les linges fins, les turbans et les mantilles » ( Isaïe, 3 : 18-23 )

* « Et Rébecca, levant les yeux, vit Isaac. Elle sauta à bas du chameau et dit au serviteur : « Quel est cet-homme-là, qui vient dans la campagne à notre rencontre ? » Le serviteur répondit : « C’est mon maître » ; alors elle prit son voile et se couvrit » (Genèse, 24 : 64-65 )

* « Alors, elle quitta ses vêtements de veuve, elle se couvrit d’un voile, s’enveloppa et s’assit (...) Elle se leva, partit, enleva son voile et reprit ses vêtements de veuve » ( Histoire de Juda et de Tamar, Genèse, 38 : 14-19 )

Il est bien clair que l’écharpe, le turban et le voile étaient d’usage pour se couvrir la tête, et ils le sont d’ailleurs dans presque toutes les civilisations. Jusqu’à nos jours, un juif pratiquant a le droit de divorcer sa femme si elle sort de la maison la tête nue.

Nouveau Testament :

Saint Paul dit :

* « Si donc une femme ne met pas de voile, alors, qu’elle se coupe les cheveux ! Mais si c’est une honte pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou tondus, qu’elle mette un voile » ( Première Epître aux Corinthiens, 11 : 6 )

Jusqu’au début du vingtième siècle, sortir en cheveux, c’est-à-dire la tête nue, était une insulte en France ou, du moins, sortait des convenances ( cf. le Grand Robert )

Le Qur’ân

* « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de préserver leur chasteté et de ne laisser voir, de leur parure, que ce qui paraît, et qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines, et qu’elles ne laissent voir leurs parures qu’à leurs maris, (...) » ( Sûrah 24, la Lumière, Verset 31 )

Partant du fait que le voile est déjà en usage, l’Islam ne fait que préciser : couvrir le cou et le décolleté. Ce qui veut dire : un peu plus de tenue, un peu plus de pudeur, pas d’exhibitionnisme ou de désinvolture. Si les Françaises de confession chrétienne ont boudé leurs prescriptions religieuses, cela ne veut pas dire imposer la même attitude aux Françaises de confession musulmane, d’autant plus que les exceptions sont d’usage : Le Canard Enchaîné du 7 mai 2003 relate qu’une exception à l’interdiction du port du foulard sur les cartes d’identité a été accordée à la sœur Adalberta. La même exception est accordée, dans le domaine politique, aux femmes de confession musulmane représentant leurs pays en France. Un dialogue équitable n’admet pas deux poids deux mesures.

D’un autre côté, ce Verset est la seule mention faite concernant le voile. La Sûrah dans laquelle il figure, est la seule, parmi les 114 que renferme le Qur’ân, qui commence par une précision distincte, disant : « C’est une Sûrah que Nous Révélâmes, et Imposâmes, et y Avons Révélé des Versets évidents » Ces Versets évidents, Révélés et Imposés, contiennent des prescriptions cultuelles, telles : accomplir la prière, s’acquitter de la Zakat ; des prescriptions morales, telles : la prohibition de l’adultère, des fausses accusations, du mensonge ; ou des prescriptions de courtoisie et de pudeur, telles : le port du voile, frapper à la porte avant de rentrer dans une maison, demander permission avant de quitter, lors d’une conversation, etc. Mais toutes ces prescriptions, malgré la variété de leurs domaines, sont des obligations éducatives que les musulmans se doivent de respecter, car le Qur’ân, comme vous le savez, organise la vie cultuelle et sociale. Les deux sont inséparables. Et toutes ces prescriptions sont tout à fait autre chose que les cinq piliers religieux de l’Islam qui sont : Les deux parties de l’attestation de foi ( credo inébranlable du monothéisme), la prière, la Zakat, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage.

Le fait de légiférer des lois qui imposent aux citoyennes françaises, de confession musulmane, de désobéir à leur foi contredit les conventions nationales des droits de l’homme, contredit l’article 10 de la loi française d’orientation sur l’éducation, du 10 juillet 1989, et porte atteinte aux acquis de la laïcité, sous l’égide de laquelle liberté, égalité et fraternité ne sont point négociables. Quant à la main de Fatima, que vous proposez comme seul signe admissible ou toléré de la part du gouvernement français, cette fameuse main de Fatima est un symbole païen, un fétiche contre le mauvais oeil ou un porte-bonheur, cela dépend des convictions de chaque personne : Elle ne représente point l’Islam, comme la croix pour le christianisme ou l’étoile pour le judaïsme. Il faut être chrétienne pour porter la croix de Jésus, il faut être juive pour porter l’étoile de David, mais n’importe quelle femme de n’importe quelle confession peut se couvrir les cheveux par décence. Respecter les normes de sa confession n’est ni une insulte ni un défi contre la République, du moment que cela ne touche en rien au politique.

Et là il me semble devoir ajouter : si quelques gouvernements musulmans ont éliminé le port du voile ou manquèrent à toute autre prescription islamique, vous n’êtes pas sans savoir, Monsieur le Président, que cette déviation a été imposée par le colonialisme. Elle se maintient sous le joug de la dépendance politique et économique.

Quant aux jours fériés, il est vrai que le calendrier scolaire en compte déjà beaucoup, comme vous le dites, et vous pouvez facilement en réduire le nombre, mais ce qui est étonnant, c’est de voir la France, la Laïque, agir en vraie « fille aînée de l’Église » et continuer à célébrer, en de nombreux jours fériés, des fêtes religieuses, à ne citer que Noël et Pâques, l’une commémorant la naissance de Jésus, l’autre sa résurrection. Et cela, malgré le fait que le 22 décembre 1993 le Pape Jean-Paul II reconnaît que le 25 décembre est une fête païenne. Il déclara : « Chez les païens de l’Antiquité, on célébrait l’anniversaire du soleil invincible, ce jour-là, afin qu’il coïncide avec le solstice d’hiver. Il a semblé logique et naturel pour les chrétiens de remplacer cette fête par celle du seul Soleil véritable : Jésus-Christ » Cela eut lieu au IVe siècle.

2 - La Laïcité :

Permettez-moi de demander, Monsieur le Président, est-ce que la laïcité en France est si fragilement instaurée au point de vouloir la sauvegarder par la création d’un observatoire ? Il me semble qu’il y a d’autres problèmes, beaucoup plus urgents, qui nécessitent votre intervention, ainsi que celle du Parlement, pour mettre vraiment en application les trois piliers de la laïcité qui sont la liberté, l’égalité et la fraternité. A ne citer que l’aggravation des inégalités ; la discrimination qui teinte l’espace public en fonction des convictions personnelles ; l’image de l’Islam et des musulmans dans les livres scolaires et universitaires ; pouvoir disposer de lieux de culte convenables ; avoir accès au travail, comme les citoyens des deux autres confessions ; avoir droit à un logement convenable ; à un salaire non discriminatoire ; à l’éducation sans parti pris ; et surtout, de préserver la minorité musulmane de cette vague d’évangélisation, qui bat son plein, et que le Monde Diplomatique qualifia un jour, en parlant du pape Jean-Paul II : « Il marche sur l’Islam avec un rouleau compresseur » !

- L’Islam :

L’islam est une religion exhaustive, rationnelle, attentive aux sociétés humaines. Il est une spiritualité sensible aux problématiques sociétales ; le spirituel et le social s’y lient harmonieusement l’un à l’autre, dans une juste mesure. C’est en cela que la législation divine se conjugue à un mode de vie en accord avec des principes fondamentaux permanents dans lesquels l’être humain puise son inspiration tant dans sa vie spirituelle que dans sa vie profane. Bref une religion ayant suffisamment démontré sa capacité d’adaptation en tout temps et en tout lieu pour qu’il ne soit pas nécessaire de parler spécifiquement d’un « islam de culture française ».

En insistant plusieurs fois dans votre discours sur les acquis de la Révolution, et en particulier sur l’égalité, vous rappelez à trois reprises la présence du judaïsme :à propos du capitaine Dreyfus, de la nécessité de combattre l’antisémitisme et de la présence de la tradition juive en France depuis près de deux mille ans. A l’inverse, vous ne parlez de l’islam qu’en faisant allusion à sa présence récente ! Là, permettez-moi de demander : Pourquoi faut-il rabaisser le mérite ou la présence de la civilisation islamique chaque fois que l’occasion se présente ? La vérité historique, réalité vécue, assure que cette présence est beaucoup plus lointaine et elle est profondément enracinée. Aucun historien, qui respecte sa probité scientifique, ne peut nier que la science et la philosophie grecques ont été transmises aux Européens par l’intermédiaire des musulmans. Le patrimoine intellectuel des Hellènes n’est parvenu à l’Occident qu’après avoir été profondément et sérieusement étudié par les savants de l’Islam et ses philosophes. La civilisation islamique s’est étendue, en fait, d’une manière sensible à tous les domaines... « L’Horloge à eau » offerte par le Khalife Haroun-el-Rachid à l’empereur Charlemagne, n’a pas encore disparu des livres d’histoire.

En vous remerciant pour la lecture, je me permets d’ajouter : votre capital de sympathie en Egypte et dans le monde arabe, sans parler des intérêts réciproques, nous donne l’espoir d’une reconsidération de cette loi.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon profond respect.

Le Caire, le 27 décembre 2003

Publicité

commentaires