Lettre à l’opinion publique

Il y a 9 ans, la police politique du régime a tenté de me faire taire en m’impliquant dans des « activit

par

mardi 30 septembre 2003

« La vérité et la justice ont aujourd’hui besoin de témoins. Des témoins qui sachent au besoin souffrir martyre sans mot dire. »
Robert Barrat.

Il y a 9 ans, la police politique du régime a tenté de me faire taire en m’impliquant dans des « activités subversives », suite à l’extorsion de faux aveux sous la torture à deux amis universitaires. Elle confectionnera alors un dossier sur mesure digne des procès staliniens. Le montage était trop grossier et la justice, pour une fois ne suivra pas dans un premier temps. Elle prononcera un non-lieu.

Cette même police politique mobilisera sa presse aux ordres, me jetant en pâture aux escadrons de la mort. Un véritable appel au meurtre. Non contente de cela, elle m’enverra quelques mois plus tard trois de ses tueurs à mon domicile pour m’éliminer. Mais en vain. L’heure du Destin n’avait pas sonné. Je décidais alors, devant ce terrorisme d’Etat sans foi ni loi, de passer dans la clandestinité. Mes amis d’ici et d’Europe me conseillèrent de quitter le pays. Je refusais catégoriquement car je considérais, en mon âme et conscience, que le combat politique, pour le respect de la dignité humaine et le droit à l’autodétermination des Algériennes et Algériens devait se dérouler en Algérie, quelqu’en soit le prix.

Avec l’aide de Dieu, j’ai pu continuer ce combat pour la Dignité et la Vérité, malgré les énormes contraintes et risques.

Cette même police politique me confectionnera alors un nouveau dossier en 1996, m’accusant de « subversion, participation à des mouvements de rébellion, complot contre l’autorité de l’Etat, tentative de renversement du régime, etc... », des chefs d’accusation qui nous rappellent étrangement les sinistres cours « révolutionnaires » et les cours de « sûreté de l’Etat » des années 70 et 80 qui condamnaient sur la base de ces mêmes chefs, d’authentiques patriotes qui s’opposaient à la dictature des colonels-présidents de l’époque. Elle actionnera une nouvelle fois sa justice en 1997 pour me condamner à vingt années de prison par contumace.

C’est ainsi que, sous couvert de l’Etat d’urgence et des lois d’exception, on criminalisera mes activités politiques et mon militantisme pour les Droits de la personne humaine.

Le temps était à l’éradication tous azimuts et à huis-clos.

A l’ère de l’indignation sélective, il était politiquement incorrect de dénoncer le terrorisme d’Etat, responsable de la première violence qui plongera le pays dans une infernale spirale sans limites. Le dénoncer était assimilé à une complicité avec les « terroristes ».

A l’ère de la démocratie spécifique, cette démocratie à l’algérienne, il était politiquement incorrect de dénoncer le pronunciamiento de janvier et d’appeler à une solution politique de la crise. Oser le faire c’était être « complice des égorgeurs ».

Mes convictions et les valeurs civilisationnelles auxquelles je crois, m’interpellaient, à une période dramatique que traversait ma patrie (et qui perdure), à prendre mes responsabilités. Je m’inscrivais dans une résistance éthique contre le régime totalitaire qui avait décidé de mener une guerre insane contre une partie de son peuple.

Devant l’horreur qu’il subissait et le voile de mensonges et de désinformation qui couvrait cette guerre, il était de mon devoir de contribuer à rétablir la vérité, avec d’autres compatriotes et lutter contre l’une des plus grossières mystifications du siècle par la publication de centaines de témoignages et de milliers de noms de citoyens et citoyennes victimes de ce cette barbarie algérienne qu’est l’éradication. Face à l’impressionnante machine de propagande du régime et de ses relais, nous opposions la vérité des faits et notre volonté d’aller jusqu’au bout pour faire éclater cette vérité.

Nous avons dénoncé l’atteinte à la souveraineté du peuple lors du renversement des urnes par les blindés quand beaucoup d’autres se sont abrités derrière ces mêmes blindés et ont insulté leur peuple.

Nous avons dénoncé les atteintes graves aux droits de l’homme qu’engendrait la politique d’éradication quand d’autres se taisaient, versaient dans l’indignation sélective ou plus grave, approuvaient et applaudissaient.

Nous avons été les témoins acharnés des erreurs et des horreurs de ce régime. Et nous avons témoigné !

Avec le temps et grâce à cette volonté inébranlable d’Algériennes et Algériens dignes, militant(e)s des droits de la personne humaine, intellectuels et officiers, le mur de la désinformation s’est largement lézardé pour montrer au monde l’autre versant de la tragédie algérienne que le prisme déformant du régime ne montrait pas. Des témoignages accablants et irréfutables et des preuves irréfragables s’amoncellent aujourd’hui sur les bureaux des institutions, organisations et avocats internationaux.

Le monde sait aujourd’hui que les « sauveurs de l’Algérie de la barbarie intégriste » ont été plus barbares que ceux qu’ils étaient sensés combattre. Le monde connaît maintenant exactement la nature du régime algérien qui n’a pas hésité à pratiquer de monstrueuses et criminelles manipulations pour dresser des Algériens contre d’autres Algériens, dans le seul but de préserver ses privilèges.

En un mot, le monde sait maintenant que ceux qui se sont présentés, à ses yeux, comme des remparts contre le « terrorisme » ne sont en réalité que des criminels contre l’humanité.

Humblement et dignement, j’ai œuvré à côté d’autres Algériennes et Algériens à cette démystification et à lever le voile sur la nature de ce régime et sur ses pratiques.

Et c’est ainsi qu’après 9 années de lutte pour ces nobles idéaux de Vérité et de Dignité, j’ai décidé de mettre fin à cet état de clandestinité et de faire opposition à mon jugement inique me condamnant à vingt ans de prison. Je pense en mon âme et conscience avoir fait mon devoir et rien que mon devoir : celui de porter témoignage de la réalité algérienne.

C’est avec la conscience tranquille que je sors de cette clandestinité pour affronter l’appareil répressif de ce régime que le monde libre connaît parfaitement bien aujourd’hui.

Je vais être certainement arrêté et incarcéré. C’est le modeste prix à payer par les hommes libres dans un pays de non-droit. Hier, nos aînés l’ont payé pour l’indépendance, aujourd’hui nous le payons pour la liberté et la justice.

Je poursuivrais mon combat en prison pour arracher mon statut de prisonnier d’opinion et obtenir des garanties en vue d’un procès équitable en présence d’observateurs internationaux.

Comme hier en liberté, je continuerai, demain en prison, avec l’Aide de Dieu, mon inlassable combat pour l’autodétermination des citoyennes et des citoyens et le respect de la DIGNITE humaine, pour une Algérie de toutes et de tous, sans exclusion ni exclusive, de justice et de démocratie, ancrée dans ses valeurs civilisationnelles et grandement ouverte sur l’Universel.

Dieu est Témoin de mes paroles et de mes actes

 

Alger le 29 septembre 2003

Dr Salah-Eddine SIDHOUM

 

Le Dr S.-E Sidhoum (défenseur des droits humains en Algérie) décide de sortir de la clandestinité

Par le Comité de soutien

 

Le Dr Salah-Eddine Sidhoum, chirurgien et défenseur des droits de l’homme en Algérie, a décidé, après neuf ans de clandestinité, période au cours de laquelle il a fait successivement l’objet d’une campagne de calomnie, d’une tentative de d’assassinat par les escadrons de la mort et d’une condamnation à vingt ans de prison par contumace par une cour de type vichyste, de sortir de la clandestinité et de se présenter à la justice. Assisté par un collectif international d’avocats, il compte faire opposition au jugement prononcé à son égard.

Le Comité de soutien au Dr Sidhoum suivra de près cette affaire et mobilisera l’opinion publique nationale et internationale en vue d’un procès public et équitable au cours duquel les droits de la défense seront intégralement respectés.

Le Comité de soutien :

ABDI Nourredine. Sociologue. Chercheur CNRS. France
ADDI Lahouari. Professeur Sociologie politique. IEP de Lyon.
AGGOUN Lounis, Informaticien
AIT-AHMED Jugurtha (Suisse)
ALLILI Larbi, Scientifique, Justitia Universalis, Hollande.
ASSAM Yahia, Chargé des relations avec les ONG, LADDH.
AYADI Abderraouf, Avocat - Conseil National pour les Libertés -Tunisie
BENAISSA Rachid (Pr.). Expert. UNESCO. Paris.
BENABDELMOUMENE Saléha. Informaticienne (France) ; Militante pour les Droits des Femmes en Algérie.
BEN AMOR Samir. Avocat. Militant des droits de l’homme. Tunis
BENAYADA Rachid. Juriste. France.
BENCHIKH Madjid, professeur de droit, Paris
BENDERRA Omar. Consultant. France.
BENOZENE Leila, Conseillère en formation, France.
BEN SALEM Ali. Président de l’Amicale Nationale des Anciens Résistants Tunisiens. Bizerte.
BEN SALEM Moncef. (Pr.) Mathématicien - En résidence surveillée depuis 12 ans en Tunisie- Président Honoraire de l’ITRI
BEN-YOUCEF Lotfi (Dr), Chirurgien. Etats-Unis.
BRAHAMI Mostafa, Dr. Sciences Economiques, Chercheur Ethique et Management, Lausanne- Suisse
BRAHIMI Abdelhamid, Professeur, Directeur Général, Centre for Maghreb Studies, Londres. Ancien premier ministre (1984-1988)
BURGAT François (CNRS, Sanaa, Yémen), membre du CIPA (Comité international pour la paix en Algérie)
CHEBIH Ould Cheikh Melanine (Dr). Ancien ministre, président du Front Populaire Mauritanien- (Coprésident de l’ITRI)
CHEKRAOUI Khalid (Maroc) Informaticien.
CHOUITER Sofiane, Avocat, Justitia Universalis, LADDH-Constantine
DAOUD Kamel. Professeur de Médecine. Président Association Algérie-Droits de l’Homme pour tous. Paris.
DARWICH Raouf (Dr), Mathématicien, Université d’Angers.
DHINA Mourad Dr (Algérie).
DUTOUR Nassera Collectif des Familles de Disparu(e)s en Algérie
ESSID Béchir, Bâtonnier de l’ordre des avocats, Tunis.
GAOUAR Badia. Avocate. Militante des Droits de l’Homme. Alger
GEZE François. PDG Editions La Découverte, CIPA (Comité international pour la paix en Algérie)
GILQUIN Michel. Chercheur. Casablanca. Maroc.
GRAAMAND Erla. Danemark
GUIDOUM Amor, Dr. Chercheur, Suisse
HAGGAG Nail. Directeur de l’APHRA (The Arab Program for Human Rights Activists. Egypte).
HAMANI Mohamed Tahar. Dr. Médecin. Algérie
HANIFI Ahmed. Formateur. (France)
HARBI Mohamed. Historien. France.
HOLENWEG Pascal. Politologue. Genève (Suisse)
KADI Amina. (Dr). Mathématicienne. France.
KAÏS El Azzaoui (Dr), Directeur du journal Al Jarida. Baghdad.
KERVYN Jeanne. Sociologue. Membre du CIPA (Comité international pour la paix en Algérie) Belgique.
KHANDJANI Djimukai. Journaliste. Iran.
KOUTCHOUKALI Anouar. Traducteur. Justitia Universalis. La Haye. Pays Bas.
MAATER Abdelwaheb. Avocat. Tunis.
MANAI Ahmed. Président Institut Tunisien des Relations Internationales. (ITRI)
MANNA Haytham (Dr). Porte-parole Commission Arabe des Droits de l’Homme (ACHR)
MELLAH Salima. Journaliste. Algeria-Watch.
MERZOUKI Moncef (Pr.). Professeur de médecine. Commission arabe des Droits de l’Homme
MISEREZ Marc-André, Journaliste, Swissinfo - Radio suisse internationale, Berne - Suisse
MOSBAH Mehdi. Technicien. Paris. (France)
MOULAY Mohamed Saïd. Professeur de mathématiques. Université de Bab Ezzouar.Alger.
NOUAYDI Abdelaziz. Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH).
NOURI Mohamed. Avocat. Président de l’Association de soutien aux prisonniers politiques (AISPP). Tunis.
QUINTAL Yves. Vice-président du Comité pour la Paix Civile et la démocratie en Algérie (CPCDA). Directeur d’école.
REZIG Missoum. Universitaire. Chlef. (Algérie)
ROLLINDE Marguerite. Association Hourrya/Liberté
RUF Werner, Professseur de relations internationales (retraité), Université de Kassel. Allemagne. Membre du CIPA (Comité international pour la paix en Algérie).
SAMRAOUI Mohammed, ex officier supérieur de l’armée nationale.
SAMYGIN Anastasia étudiante, Belgique
SATOUR Khaled, Universitaire, France.
SFAR Mondher, Collectif de la Communauté Tunisienne en Europe
SIDHOUM Abdeslam (Canada)
SMAIN Mohamed. LADDH, Relizane. Algérie
SOUAÏDIA Habib. Ex-officier de l’armée nationale. Auteur de « La sale guerre ».
SOUFI-RICHARD Joumana. Sociologue. France.
TAHRI Mohamed, Avocat, membre LADDH.
TALEB IBRAHIMI Khaoula, professeur. Université d’Alger.
TAOUTI Brahim. Président Justitia Universalis. Danemark.
VIDAL-NAQUET Pierre. Historien. France.
YAHIAOUI Mokhtar. Président du centre Tunisien pour l’indépendance de la justice (CTIJ), Membre du comité directeur de l’association Tunisienne de soutien aux prisonniers Politiques (AISPP).
ZEHOUANE Hocine, avocat, vice-président de la LADDH. Algérie

Organisations :
· Algeria-Watch.
· Algérie-Droits de l’Homme pour Tous (ADHT).
· Arab Commission for Human Rights (ACHR).
· Arab Program for Human Right Activists (APHRA).
· Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF).
· HIJRA International Organisation, Genève.
· Institut Tunisien des Relations Internationales. (ITRI).
· Justitia Universalis, La Haye (Hollande).

Campagne internationale pour la libération de Salah-Eddine Sidhoum :
http://www.algeria-watch.org/fr/mrv/mrvrepr/sidhoum/sidhoum.htm

Publicité

Le Dr Salah-Eddine Sidhoum est chirurgien et défenseur des droits de l'homme en Algérie

commentaires

Copyrights © 2015 Tous droits réservés par Oumma Media. | 1998-2015 Oumma