Lettre à Nicolas Sarkozy

Vous vous êtes prononcé pour la libération du caporal Shalit, un jeune franco-israélien dont vous avez re

par

jeudi 10 avril 2008

Lettre à Nicolas Sarkozy

Jean-Claude Lefort
Député honoraire

Paris, le 25 mars 2008

Monsieur Nicolas Sarkozy
Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Président de la République,

Je m’adresse à vous de manière très solennelle au sujet de la situation que vit l’un de nos compatriotes, le jeune Salah Hamouri, pour lequel vous avez déjà été saisi sans pour autant vous engager personnellement ni vous prononcer sur son cas.

Salah Hamouri est un jeune franco-palestinien de 23 ans qui habite en territoire palestinien occupé, au Nord de Jérusalem-Est. Sa mère est française, née Denise Guidoux. Son père, M. Hamouri, connaît la situation de tous palestiniens qui résident à Jérusalem-Est : il dispose d’une carte d’identité, dite de Jérusalem, mais sa nationalité n’est pas reconnue – il n’est donc légalement ni palestinien, ni israélien. Il est de fait « sans nationalité ».

Salah Hamouri, bien que franco-palestinien, est donc légalement français.

Ce jeune homme, étudiant en sociologie, a été arrêté il y a trois ans, le 13 mars 2005 exactement, à l’occasion d’un contrôle d’identité à l’un des nombreux « chekpoint » existants entre Jérusalem-Est et Ramallah.

Arrêté sans en connaître le motif – c’est ainsi que vivent journellement, sous occupation militaire, tous les palestiniens victimes d’humiliations et d’arbitraires inouïs –, il a été conduit en prison puis ensuite traduit devant le tribunal militaire israélien d’Ofer.

Le motif, notifié ultérieurement de ces décisions, est le suivant : être passé en voiture, trois mois plus tôt, devant le domicile d’un rabbin particulièrement extrémiste, M. Yossef Ovadia, qui est aussi le chef du parti Shass qui soutient le gouvernement de Monsieur Olmert. Ce fait est combiné avec l’accusation qu’il serait membre du FPLP.

Cela a conduit la « justice » militaire à estimer que cette affiliation (supposée) au FPLP était, à elle seule, la preuve accablante qu’il avait nécessairement des intentions « négatives » à l’encontre du rabbin. Pourtant celui-ci n’a été l’objet d’aucun acte attentatoire à sa personne ou à sa vie, à fortiori de la part de Salah.

Après une période de 45 jours d’interrogatoires « spéciaux », en isolement total, Salah Hamouri a, depuis 3 ans, comparu à 25 reprises devant le tribunal militaire qui cherche à établir non pas qu’il est l’auteur d’un délit quelconque (il n’y en a pas eu) mais qu’il est bien membre du FPLP et qu’à ce seul titre il avait donc obligatoirement des « intentions » négatives vis-à-vis de ce rabbin.

Toutes les audiences (25) ont été reportées faute de témoins pouvant accréditer cette appartenance politique attribuée à Salah. Les témoins annoncés n’étant pourtant pas insaisissables : ils étaient tous des prisonniers. Il ne s’en est pas trouvé un seul, en trois ans, pour venir ou être amené à la barre pour confirmer cette « accusation ».

Or samedi 22 mars dernier, j’étais informé que le Procureur du tribunal militaire proposait à la famille, par le biais de l’avocate de Salah, ce qu’il faut bien appeler un « marché » qui a été verbalement ainsi formulé : « 7 ans de prison. C’est à prendre ou à laisser et si vous laissez ce sera pire ».

Monsieur le Président de la République, au nom de la France et de la défense des droits de l’homme, vous ne pouvez pas accepter le sort totalement injuste ainsi infligé à l’un de nos compatriotes.

Vous vous êtes prononcé pour la libération du caporal Shalit, un jeune franco-israélien, dont vous avez reçu les parents. Vous avez aussi plaidé la grâce pour les responsables de l’Arche de Zoé. Pourquoi Salah Hamouri devrait-il, lui, ne pas être secouru alors qu’il n’a commis strictement aucun acte délictueux ?

Salah Hamouri est en vérité deux fois « otage ». Il est l’otage de l’occupation israélienne et de ses conséquences. Et il est l’otage de la politique intérieure israélienne en ce que son long emprisonnement permettrait de donner des gages au parti Shass afin de renforcer son soutien, actuellement fluctuant, à la politique de l’actuel gouvernement israélien.

La France ne peut pas accepter que l’un des ses enfants soit otage pour quelque « raison » que ce soit, fût-ce une raison d’Etat qui n’est, selon Madame Rama Yade, qu’un « certain état de la raison ».

Or force est de constater que, bien qu’alertés à diverses reprises sur cette situation inadmissible, les membres de votre gouvernement en charge plus directement de ce « type » de questions n’ont à aucun moment demandé, et exigé encore moins, la libération de Salah Hamouri.

Relativement aux deux autres cas évoqués on ne peut admettre ce « deux poids, deux mesures ».

Que l’Etat d’Israël soit un Etat ami de notre pays ne peut conduire la France à couvrir tous ses faits et gestes.

En l’occurrence il s’agit, ni plus ni moins, du respect des droits de l’Homme, respect et défense dont vous avez estimé qu’ils devaient dominer la politique étrangère de la France.

Dans ce cadre vous avez même déclaré être déterminé à aller « chercher partout dans le monde » tout citoyen français victime de l’arbitraire.

C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République, toutes les autres voies utilisées vers les membres de votre gouvernement concernés s’étant révélées infructueuses, voir désinvoltes ( ce que je peux prouver mais ce n’est pas l’urgence aujourd’hui), je me tourne vers vous.

Vous êtes en effet désormais le dernier recours pour toutes celles et tous ceux qui, à commencer par la famille de Salah Hamouri, n’ont eu de cesse d’agir pour que la justice prévale également pour Salah Hamouri et pour que sa libération soit exigée et obtenue. Il a déjà fait trois ans de prison pour rien.

La prochaine audience où le jeune Salah est convoqué se tiendra dans la deuxième quinzaine du mois d’avril. Cela risque d’être la dernière avec l’annonce de la sentence : 7 ans de prison. Sept ans alors qu’il n’a rien fait et qu’un délit d’intention supposé est la seule « charge » qui pèse sur lui.

Vous avez des enfants, Monsieur le Président. Imaginez un instant ce que vous pourriez ressentir si l’un d’entre ceux-ci devait connaître pareille injustice et si la France le laissait « tomber ».

C’est pourquoi je vous demande, solennellement, d’intervenir auprès de qui de droit pour que Salah Hamouri recouvre la liberté et son droit de vivre sa jeunesse comme tout un chacun. Infliger injustement et arbitrairement 7 ans de prison à un jeune de 23 ans qui n’a rien fait, c’est de facto condamner sa liberté et sa jeunesse à une peine de mort.

La France ne peut être complice de tout cela. La France des Droits de l’Homme ne peut accepter l’inacceptable.

Dans l’attente de votre diligente intervention pour la libération de Salah,

Je vous pire de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Jean-Claude Lefort
Député honoraire

Jean-Claude Lefort – 6, place de l’Eglise – 94200 Ivry-sur-Seine

Publicité

Député honoraire, coordonateur du Comité national de soutien à Salah Hamouri. Jean-Claude Lefort Président de l’AFPS

commentaires