Les quatre contre-vérités de Baroin

J’ai suivi ce lundi 3 novembre l’émission Mots Croisés d’Arlette Chabot avec beaucoup d’attention su

lundi 10 novembre 2003

Monsieur Le Député Maire,

J’ai suivi ce lundi 3 novembre l’émission Mots Croisés d’Arlette Chabot avec beaucoup d’attention sur (France2).

Invité à cette émission, vous avez déclaré, Monsieur BAROIN : « Dans ma ville, les gens de l’UOIF sont venus se présenter récemment à moi et n’ont eu de cesse de remettre en cause la laïcité et l’intégration ».

Je croyais vous connaître comme homme rigoureux. Au demeurant, c’est là assurément une erreur d’appréciation de ma part, puisque je relève dans vos propos ci-dessus :

4 contre-vérités a minima.

primo : c’est à votre invitation et non de notre propre chef que nous vous avons rendu visite (Reims - Troyes 130 km)

Le « comique » de la situation c’est que visiblement vous ne vous souveniez plus du pourquoi de cette invitation. Vos premiers mots ont été « j’ai demandé à vous voir, euh ! Pour savoir si tout se passe bien entre vous, pas de points de friction…(sic !…) »

Je me suis demandé devant cette question étrange et singulière : est-ce une enquête ? qui nous reçoit ? et de fait je vous ai posé la question suivante :

« A quel titre nous recevez-vous : Député, Maire, Porte-parole de l’UMP ? »

Réponse de votre part : « je n’ai aucun mandat pour vous recevoir au titre de porte-parole de l’UMP, je vous reçois donc comme Maire. »

Vous vous êtes empressés de me demander si j’allais faire état de cette rencontre.

Réponse  : « si vous ne le souhaitez pas, je n’en ferais pas état. Je n’ai qu’une parole en ce qui me concerne, bien que je ne comprenne pas cet excès de prudence de votre part car nous sommes des gens dignes, honorables et habitués à rencontrer les élus de la République... »

deusio  : Nous vous avons indiqué stricto sensu ceci : la laïcité ne nous pose nullement problème, au contraire, il est clair pour nous que c’est le cadre laïque et républicain qui garantit la liberté de conscience et la liberté d’expression religieuse.

Tertio  : Nous nous sommes présentés à vous, sans aucune ambiguïté en tant que représentants du CRCM Champagne-Ardenne et non en tant que membre de l’UOIF de plus votre invitation était adressée aux représentants du CRCM.

Je vous ai indiqué ceci : au sein du CRCM Champagne Ardenne toutes les sensibilités sont représentées (UOIF, mosquée de Paris, représentation turc, africaine et même les personnes ne se reconnaissant dans aucune de ces représentations : comme moi-même et beaucoup d’autres…)

Nous n’avons d’autres objectifs que de représenter dignement l’ensemble des musulmans dans le cadre de l’Islam de France.

Ce à quoi vous avez crû bon rajouter : « je suis « l’ami » de tous les musulmans et il est bon de constater que dorénavant nous avons des interlocuteurs dignes de ce nom, avec lesquels nous pourrons avancer et régler les problèmes dans le temps !!!  »

Quarto  : Je vous ai interpellé sur vos nombreuses déclarations et notamment lorsque vous indiquiez qu’il faudrait revenir sans doute au port de l’uniforme : « pour protéger ces enfants en devenir de : l’intégrisme, du communautarisme, du consumérisme !!! et ce pour mieux réussir leur intégration (sic)  »

Réponse vive de ma part : « Je suis né en France et je suis Français depuis 4 générations, 2 grands-parents et un grand-oncle morts au champ d’honneur pour la France et vous me parler d’intégration, comme si encore et toujours nous devions prouver je ne sais quoi. Nous sommes plusieurs centaines de milliers dans ce cas, qu’avez-vous à dire là-dessus ?  »

Réponse quelque peu évasive de votre part : « certes le mot intégration ne convient pas à tous et notamment dans votre cas mais je n’en connais pas d’autres !!!  »

Je pourrai ainsi à loisir vous remémorez l’entièreté de vos propos qui contredisent à l’évidence ce que vous disiez sur ce plateau de télévision.

Par ailleurs vous m’aviez indiqué que fermement vous condamniez les propos d’Alain BAUER qui déclarait à Reims « De quel Islam parle t’on ? Ce qui me pose problème et qui va poser problème c’est leurs morts, les carrés musulmans ».

Mes grands-parents morts près de Verdun doivent encore à l’heure présente se retourner dans leur tombe.

Claude IMBERT sur LCI «  je suis islamophobe ça ne me gêne pas de le dire…l’islam est une religion débile... »

Un professeur d’histoire géographie au collège G. POMPIDOU déclare devant des élèves médusés « Mahomet est un voleur et un assassin »

Jacques JULLIARD dans sa chronique sur le nouvel observateur à propos du voile et de l’islam « écrasons l’infâme... »

Oriana FALLACI éructe violemment à l’endroit des musulmans et de l’islam dans un brûlot publié récemment. (un certain nombre « d’intellectuels français ont porté au pinacle ce « livre »)

Rachid KACI, membre de l’UMP, présent sur le même plateau de télévision que vous-même, a laissé sciemment échappé dans son délire verbal, à propos d’une représentation de l’islam de France (UOIF) « représentation fasciste ».

Vous n’avez dit mot, Monsieur BAROIN, et vous avez opiné du chef, triste spectacle en vérité et pour couronner le tout : votre conclusion en fin d’émission «  il faut le dire clairement, il n’y a pas d’islamophobie en France »

« Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre »

Enfin et j’en terminerai par-là : Vous n’avez eu de cesse durant cette émission d’essayer de discréditer ce jeune homme représentant du CRCM de Marseille

« Je vois dans votre discours une certaine duplicité, un peu comme Tariq RAMADAN, avec le talent en moins »

« Taisez-vous, en vous a beaucoup trop entendu »

L’élu du peuple que vous êtes, a traité ce représentant du peuple également, par le mépris et des admonestations douteuses

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire »

Ce jeune homme a essayé dignement, d’expliquer qu’avant de procéder à tel ou tel amalgame, notamment à l’égard des musulmans, il conviendrait de considérer les faits individuellement et de réprimer les excès.

« Art 1382 du code civil : Tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par le fait duquel il est arrivé à le réparer »

« art 5 du code civil : Le juge ne peut se prononcer par voie de dispositions générales sur les cas d’espèce qui lui sont soumis ».

La loi semble lui donner raison également, sauf les préjugés non fondés que vous avez à l’égard de tout musulman qui se respecte.

En relisant André Malraux, je me suis arrêté sur cette phrase que je me permets de livrer à votre sagacité : « Le grand intellectuel est l’homme de la nuance, du degré, de la qualité, de la vérité en soi, de la complexité. Il est par définition, par essence, antimanichéen. »

Nous aurons sans doute l’occasion de nous croiser prochainement et je me tiens à votre disposition pour échanger sur ces points et bien d’autres.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Le Député-Maire, mes salutations les plus distinguées

M. HASSANE

Secrétaire Générale du *Conseil Régional du Culte Musulman (Champagne Ardenne)

Publicité

commentaires