Les pionniers de l’Islam de France

A l’occasion de la 27e Rencontre Annuelle des Musulmans de France (RAMF) organisée au Bourget, le journal L

mardi 6 avril 2010

A l’occasion de la 27e Rencontre Annuelle des Musulmans de France (RAMF) organisée au Bourget, le journal Le Monde a dressé le portrait de trois musulmans dont le profil est révélateur de l’émergence de cette nouvelle génération de citoyens français de confession musulmane qui allient pleinement leur identité française à leur appartenance religieuse.

Yanisse Warrach, Nabil Ennasri et Messaouda Houha symbolisent, chacun à leur manière, ces nouveaux « cadres intermédiaires » de l’islam de France qui, affranchis de la tutelle des pays d’origine, sont déterminés à agir de manière positive à l’établissement d’un climat apaisé autour de la deuxième religion de France, loin des basses manœuvres politiciennes de détournement. Ces trois trajectoires, que le journal du soir à salutairement mis en exergue, incarnent cette jeunesse qui, pleine d’énergie, est prête à assumer les nombreux défis que devra relever la communauté musulmane ces prochaines décennies.

Même s’ils sont relativement peu connus du grand public, ces nouveaux visages n’en constituent pas moins les futurs espoirs pour une religion encore trop souvent marquée par la marginalité de ses adeptes, les difficultés de sa pratique et la frilosité de ses instances représentatives. Pour ces nouveaux « intellectuels organiques », il va s’agir de dépasser ce schéma traditionnel pour entrer de plein pied dans une nouvelle ère où la France saura puiser dans ce vivier de compétences qui, malgré les campagnes répétées de stigmatisation, demeurent résolus à servir leur pays dans le respect de leurs coutumes.

A l’instar d’un Nabil Ennasri, qui, connu pour ses chroniques régulières pour Oumma.com, a complété ses études de sciences politiques par un cursus en sciences islamiques et qui trouve pleinement son équilibre dans cette démarche prometteuse.

Mettre en évidence ces personnalités qui feront la France de demain permet de faire sortir de l’ombre ces profils que l’Hexagone compte par milliers. Désormais, la preuve est faite qu’il faudra compter avec cette génération qui n’aura pas froid aux yeux pour faire bouger les lignes dans l’intérêt, bien compris, de la communauté nationale.

Publicité

commentaires