Les photos de la flottille pour Gaza : une intox version israélienne

Israël n’en finit plus de dérouler son scénario de pure fiction, présentant à la face du monde, de plus

vendredi 4 juin 2010

Israël n’en finit plus de dérouler son scénario de pure fiction, présentant à la face du monde, de plus en plus incrédule et outré, une nouvelle superproduction catastrophe tuant, humiliant et chassant de bien curieux ennemis, tous humanitaires et pacifistes, voguant en-dehors de ses eaux territoriales…

Pour étayer sa théorie du complot ubuesque, Israël ne lésine pas sur les moyens, et exhume à profusion des images d’archives pour donner de la substance à la réalité tronquée de l’assaut du bateau turc Mavi Marmara.

Ainsi, le gouvernement de Nétanyahu a sorti hier du chapeau des photos censées apporter la preuve irréfutable de « l’équipement militaire » transporté par la flottille d’aide internationale pour Gaza. Jolie tentative d’intox, mais dans son empressement de déclencher une énième guerre des images, la machine propagandiste israélienne s’est quelque peu enrayée, sous-estimant l’immense capacité de mémorisation de la technologie informatique...

Trahi par l’outil utilisé pour abuser la planète entière, l’Etat juif est piégé par où il a péché : son excès de confiance. La publication d’une série de photos, supposées avoir été prises sur le vif, auraient pu donner le change tant le souci du détail primait – ici des gilets pare-balles, là des jumelles sophistiquées infra-rouges, là encore une hache et des bombes lacrymogènes cachetées – à ceci près qu’elles remontent à 2003 et 2006 !

Israël est en état de guerre permanent, recourant à tous les artifices et tirant sur tout ce qui bouge, jusqu’à exporter sournoisement un conflit aux répercussions mondiales, en mettant en ordre de marche ses farouches ambassadeurs de tous pays, et de tous milieux. Il y a fort à parier que son prochain coup médiatique, s’il n’est déjà amorcé, sera d’attribuer, toujours aux mêmes, la responsabilité de l’importation du conflit du Proche-Orient dans nos contrées.

Publicité

commentaires