Les minarets de l’ambiguïté de Nicolas Sarkozy

A l’heure où le vote suisse proscrivant l’édification de minarets a provoqué une forte onde de choc eur

jeudi 3 décembre 2009

En leader omnipotent du rassemblement de la droite décomplexée, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a donné le coup d’envoi de la campagne UMP des régionales qui, pour dessiner le futur paysage politique de notre province française, n’en est pas moins devenue, sous sa baguette, un enjeu éminemment national.

Sillonnant les routes de France à la conquête des territoires qui l’ont porté au pouvoir suprême, le président de tous les français se reprend à marterler les slogans nationalistes qui ont fait son succès, jusqu’à ravir l’électorat FN à la barbe des Le Pen.

A l’heure où le vote suisse proscrivant l’édification de minarets a provoqué une forte onde de choc européenne, la tentation est grande d’importer ce funeste débat dans l’Hexagone. Mais, après la burqa et l’identité nationale, ce serait incontestablement le vrai faux débat de trop...

Alors, chacun y va de son analyse, et après les nouvelles dissonances gouvernementales en la matière, c’est au tour de Nicolas Sarkozy de livrer son appréciation de la situation.

C’est une déclaration aux nuances toutes politiciennes que Nicolas Sarkozy a faite au cours d’une réunion UMP, indiquant que le vote helvète reflète une crainte collective de voir le pays "dénaturé", ajoutant qu’ en "Suisse, comme en France, les citoyens ne veulent pas que leur pays soit dénaturé, et veulent préserver leur identité".

Les mots sont lâchés, et tant pis si leur résonance donne du grain à moudre aux extrémistes de tous bords : "Si les français ne veulent pas voir de femmes en burqa dans la rue, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont opposés à la pratique de l’islam" a-t-il renchéri.

Les minarets de l’ambiguïté de Nicolas Sarkozy sont des minarets de la discorde qui taisent leur nom, laissant percer une hostilité, peu encline à la distanciation qui s’imposerait, à une trop grande visibilité des musulmans dans l’espace public.

Publicité

commentaires