Les médias Israéliens bravent l’autosatisfaction gouvernementale

A la veille des législatives, une échéance politique cruciale pour l’avenir d’Israël, plusieurs grande

mardi 20 janvier 2009

A la veille des législatives, une échéance politique cruciale pour l’avenir d’Israël, plusieurs grandes plumes de la presse israélienne font entendre leurs voix dissonantes à travers des éditoriaux d’une imparable lucidité, qui sonnent comme de vraies mises en garde à l’encontre de l’autosatisfaction contagieuse qui a gagné les dirigeants du pays.

Pour certains journalistes, le Hamas ressort de ce conflit grandi et conforté dans sa légitimité, pendant que d’autres mesurent pleinement l’extrême fragilité d’une trêve accouchée au forceps, et que d’autres encore pressent le gouvernement en place, et celui à venir, d’œuvrer à l’élaboration d’un processus de paix durable en facilitant le travail de reconstruction, en ouvrant les points de passage aux biens de consommation et à l’aide humanitaire, tout en retirant l’armée dans les meilleurs délais de Gaza.

Les tirs de roquette se sont enfin tus, et c’est une société israélienne traversée par des sentiments très contradictoires qui se profile : quand le pouvoir s’autocongratule de manière aussi incongrue qu’était démesurée sa stratégie guerrière, la presse, quant à elle, s’émeut de l’aveuglement et de l’ambition hégémonique de son gouvernement, pendant qu’une frustration perceptible envahit certains soldats de Tsahal, aigris de n’avoir pu parachever le but suprême de leur mission : libérer l’un des leurs, le soldat Gilad Shalit.

Les armes de la dictature ont parlé, d’ici moins d’un mois ce sera au tour de la démocratie de trancher : les urnes arbitreront une bataille politique à couteaux tirés entre trois grandes mouvances, dont une continue de caracoler en tête dans tous les sondages : le Likoud, emblème de l’extrême droite sioniste.

Prêts à en découdre jusqu’à commettre l’innommable, le parti Kadima avec ses actuels fers de lance Ehoud Olmert et Tzipi Livni, et les travaillistes.

Publicité

commentaires