Les irakiens célèbrent le retrait des troupes américaines

Se pressant dans l’immense parc Zawra de Bagdad, des milliers d’irakiens ont fêté dans la liesse l’év

mardi 30 juin 2009

Se pressant dans l’immense parc Zawra de Bagdad, des milliers d’irakiens ont fêté dans la liesse l’événement national à marquer d’une pierre blanche : la première vague de retrait des forces armées américaines.

A la vue de drapeaux irakiens flottant au vent aux côtés de banderoles exaltant la « souveraineté et l’indépendance de Bagdad », la foule a spontanément donné libre cours à sa joie, se projetant à nouveau dans un avenir qui, depuis les heures sombres de 2003, s’était tragiquement obscurci.

Plongé dans le chaos depuis l’invasion orchestrée par l’administration Bush, l’Irak aspire à recouvrer sa pleine et entière souveraineté, un dû stipulé dans l’accord de sécurité signé en novembre par Bagdad et Washington, et qui doit fin 2011 libérer le territoire du joug américain.

Ce premier signal de départ s’est accompagné de la réappropriation hautement symbolique de l’ancien ministère de la Défense par le gouvernement irakien, un édifice construit en 1938 et occupé depuis 2003 par les troupes américaines, qui marque la fin de la suprématie de la première puissance mondiale et de l’assujettissement de la population irakienne.

Un des quatre Grands ayatollahs chiites, cheikh Ali Bachir al-Najafi, s’en est publiquement félicité en espérant y voir le prélude à une évacuation définitive : « C’est un premier pas qui, je l’espère, sera suivi par d’autres afin que le pays recouvre son indépendance et sa souveraineté", a-t-il déclaré.

Publicité

commentaires