Les frappes américaines attisent le ressentiment de la population afghane

Rapport à l’appui, il a été clairement établi que les violents bombardements américains consécutifs a

lundi 11 mai 2009

Rapport à l’appui, il a été clairement établi que les violents bombardements américains consécutifs aux affrontements qui ont opposé la semaine dernière les talibans aux forces afghanes et internationales, sont responsables de la mort de nombreux civils, évalués entre 125 et 130 personnes, dont des femmes et des enfants.

Intervenant sur CNN, le président afghan, Hamid Karzaï, a mis directement en cause le recours systématique aux frappes aériennes par l’armée américaine, dont les rafales de tirs aveugles font des ravages irréparables : « les frappes aériennes ne sont pas un moyen efficace de combattre le terrorisme », a-t-il condamné.

Sourd à la sonnette d’alarme que tire M.Karzaï sur les dommages collatéraux de cette stratégie offensive, qui exacerbent un ressentiment profond dans l’opinion afghane, entachant de manière irréversible l’image des Etats-Unis, Washington, par l’intermédiaire de son conseiller à la sécurité, a exclu tout arrêt des frappes aériennes, assurant que l’armée allait « redoubler d’efforts pour faire en sorte qu’aucun civil innocent ne soit tué ».

Ménageant la chèvre et le chou dans la perspective des prochaines échéances présidentielles, M. Karzaï, qui brigue un nouveau mandat, a néanmoins nuancé ses propos dans un appel à la prudence et un renouvellement de sa confiance aux Etats-Unis dans leur entreprise d’éradication des talibans.

Publicité

commentaires