Les Etats-Unis sur la voie de la négociation avec les talibans

L’heure serait-elle aux tables rondes, Washington serait-il en passe d’enterrer la hache de guerre avec le

jeudi 22 juillet 2010

L’heure serait-elle aux tables rondes, Washington serait-il en passe d’enterrer la hache de guerre avec les talibans ? Si l’on en croit les récentes révélations du quotidien britannique The Guardian, l’armée américaine changerait son fusil d’épaule en optant pour la stratégie de la conciliation, placée sous le signe de la paix avec de hauts responsables talibans. Une manière de battre en retraite et de déposer les armes, mais sans perdre la face…

Dépassées les fortes réserves émises jusqu’alors par Barack Obama, et place à « autre chose » qu’à une guerre sans merci et vaine, la première puissance mondiale essayant de s’extraire d’un bien mauvais pas avant de s’enliser définitivement dans le bourbier Afghan. Le temps serait donc venu d’imaginer un nouveau concept, cherchant à arrondir les angles plutôt qu’à les cribler de balles.

Toujours selon The Guardian, les négociations pourraient être menées par l’intermédaire de pays tiers, comme le Pakistan et l’Arabie saoudite. Imposant leur tempo et leurs desiderata, les Américains ont déjà esquissé le profil type du taliban animé de bonnes intentions : le taliban coopératif devra se résoudre à rompre tout lien avec Al-Qaida, à proscrire toute violence, et reconnaître la constitution afghane. Des conditions sine qua non vivement critiquées par un diplomate pakistanais, les qualifiant de « ridicules » au vu de la délicate posture de la première puissance mondiale.

Les révélations du Guardian sont intervenues à la veille de l’ouverture à Kaboul d’une conférence internationale des donateurs sur l’avenir du pays. La conférence, à laquelle participent 60 pays, doit inaugurer une nouvelle ère dans le lent processus d’émancipation du gouvernement afghan, censé à l’avenir diriger le pays et se défendre seul, après le départ des troupes américaines et de l’OTAN, qui y sont déployées depuis la fin 2001.

Publicité

commentaires