Légiférer contre le voile intégral n’a pas les faveurs du Parti Socialiste

2010 pointe à peine le bout de son nez que déjà le port du voile intégral revient à la une de l’actuali

mercredi 6 janvier 2010

2010 pointe à peine le bout de son nez que déjà le port du voile intégral revient à la une de l’actualité, à la merci du verdict d’une classe politique grisée par le vent mauvais d’un tourbillon irresponsable.

Mais les prémices de cette nouvelle année sonneraient-ils le réveil salutaire d’esprits animés par cette étincelle républicaine que l’on croyait à jamais consummée ?

Tiraillé, comme son grand rival l’UMP, par des divergences de vue internes, dont celles de Manuel Valls et Aurélie Filippetti plus exacerbées que d’autres, le Parti socialiste est néanmoins la première formation politique à donner le signal de départ d’une opposition à une hypothétique législation sur le voile intégral, par le truchement de son porte-parole Benoît Hamon.

Pointant du doigt les calculs politiciens fumeux qui escomptent ratisser large à l’approche des régionales, en séduisant un électorat FN très courtisé, Benoît Hamon a rendu public le refus du PS à l’encontre d’une nouvelle loi sur un choix vestimentaire confiné à la plus grande marginalité : « Le Parti socialiste n’est pas favorable à une loi de circonstances », a-t-il déclaré tout en soulignant : « Nous pensons que plutôt que de faire une loi de circonstances, il faut (...) qu’on voie comment, par les instruments que nous donne le droit, on peut contribuer à ce que des femmes abandonnent la burqa ».

D’une rive à l’autre, les désaccords apportent un doux bémol à un emballement dangereusement contagieux, qui monta soudainement crescendo fin décembre, lorsque le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, se distingua en annonçant le dépôt d’une proposition de loi frappant le port du voile intégral d’illégalité dans l’espace public dès janvier.

En écho à Benoît Hamon qui a insisté sur le fait qu’« Il ne revient pas à un Etat d’apprécier ce qui est la bonne interprétation des écritures, sur ce qui serait dans le Coran ou pas dans le Coran », le ministre de la Défense, Hervé Morin, a désapprouvé ce matin au micro de RMC l’empressement de son collègue parlementaire et maire de Meaux, confiant ses plus grandes réticences à l’égard d’une nouvelle loi de nature à stigmatiser l’ensemble d’une communauté, lui qui avait voté contre la loi sur le voile en 2003.

2010 amorcera-t-il le tournant d’une sérénité recouvrée, dans le respect et la compréhension mutuels, pour une France plurielle unie qui regardera de nouveau confiante dans ses valeurs humanistes toutes les façades où sont gravées dans le marbre : Liberté, Egalité, Fraternité ?

Publicité

commentaires