Le ton monte à Washington au sujet de Guantanamo

Avocats et juges américains font actuellement éclater leur exaspération face aux manœuvres de la nouvelle

vendredi 10 avril 2009

Avocats et juges américains font actuellement éclater leur exaspération face aux manœuvres de la nouvelle administration Obama, dans laquelle ils plaçaient pourtant tous leurs espoirs, qui semble freiner à dessein les procédures en cours relatives aux 240 détenus de Guantanamo.

Dès cet été, des recours ont été déposés devant la justice fédérale de Washington afin de statuer sur ces cas uniques de prisonniers en détention illimitée, dont certains sont de surcroît enfermés depuis plus de sept ans sans inculpation. Dix mois plus tard, force est de constater que seulement une quinzaine de procédures ont abouti, une large majorité ayant fait l’objet de demandes de libération.

Escomptant sur la nouvelle impulsion promise dans ce dossier par le candidat à la présidentielle, Barack Obama, leur déconvenue n’en est que plus grande face à l’inertie apparemment délibérée du président en exercice : « L’administration Obama souhaite probablement que les procédures s’interrompent pour un moment, mais les avocats qui défendent ces hommes depuis quatre ans ne sont pas prêts à attendre plus longtemps", fulmine un avocat sous couvert d’anonymat.

Le porte-parole du ministère de la Justice, Dean Boyd, a démenti ces allégations devant l’AFP, en affirmant qu’un groupe de travail intergouvernemental a été mis en place par le président américain mi février, afin de réexaminer la totalité des cas.

Ce que conteste l’avocat, M.Cynamon : « Ils essayent de retarder les procédures jusqu’à ce que le groupe de travail ait pris ses décisions ».

A Washington, le ton est donné. Et, pendant ce temps là, la détention des prisonniers de Guantanamo a dépassé toutes les limites de l’humainement supportable.

Publicité

commentaires