Le sort du soldat Shalit au cœur de tous les enjeux

Alors que le jeune franco-palestinien Salah Hamouri croupit depuis déjà trois longues années dans les geôl

jeudi 22 janvier 2009

Alors que le jeune franco-palestinien Salah Hamouri croupit depuis déjà trois longues années dans les geôles israéliennes de manière la plus arbitraire qui soit, lâchement abandonné par notre gouvernement qui pratique un droit d’ingérence politique et humanitaire sélectif dès lors que l’on est né du mauvais côté de la barrière, la libération de Guilad Shalit n’a cessé depuis sa capture en 2006 de mobiliser toutes les forces vives de notre pays, faisant aujourd’hui l’objet de nouvelles âpres négociations menées tambour battant par Tzipi Livni.

Dans un élan à la magnanimité stratégique, la « dame de fer » du gouvernement israélien vient de se prononcer en faveur de la remise en liberté de la plupart des détenus palestiniens dont le Hamas faisait une condition sine qua non d’échange avec le soldat Shalit.

Celle qui brigue les responsabilités suprêmes de son pays n’a pas failli à sa réputation en précisant sur les ondes de la radio militaire israélienne que la réouverture des points de passage entre Israël et Gaza ne sera possible qu’une fois la question de Guilad Shalit définitivement réglée.

Gageons que notre « porteur de riz » national saura se faire l’ambassadeur et le relais d’opinion incontournable de cette noble cause.

Publicité

commentaires