Le procès du journaliste-lanceur de chaussures

Traduit en justice pour agression contre le président d’un pays étranger, en l’occurrence l’ancien pr

lundi 9 février 2009

Traduit en justice pour agression contre le président d’un pays étranger, en l’occurrence l’ancien président américain de sinistre mémoire, le journaliste irakien, Mountazer al-Zaïdi, dont le lancer de chaussures a fait le tour du monde, passera devant la cour centrale criminelle d’Irak, spécialisée dans le traitement des affaires de terrorisme, à partir du 19 février prochain.

Si la qualification de « terroriste » apparaît totalement disproportionnée pour sanctionner un acte isolé qui a davantage traduit une révolte désespérée, elle contribue toutefois à le faire définitivement entrer dans la légende.

A ce titre, le cri non moins indigné qui accompagna son geste mériterait à son tour d’être gravé dans le marbre : « C’est le baiser de l’adieu, espèce de chien » !

Publicité

commentaires