Le président de SOS-Racisme en garde à vue dans l’Affaire Dray

Nouveau rebondissement dans ce qui est devenu peu glorieusement « l’Affaire Dray », le président de SO

mercredi 10 juin 2009

Nouveau rebondissement dans ce qui est devenu peu glorieusement « l’Affaire Dray », le président de SOS-Racisme, Dominique Sopo, ainsi que cinq de ses membres sont actuellement entendus à la brigade financière de Paris, tandis qu’une perquisition a été diligentée au siège de l’association, dans le cadre de l’enquête sur des mouvements de fonds suspects sur les comptes du socialiste Julien Dray.

Le député Julien Dray qui, hors des dorures de l’hémicycle parlementaire, menait manifestement grand train, est depuis près de six mois sous le coup d’une enquête préliminaire pour « abus de confiance », fouillant les méandres de sa sphère intime dans laquelle l’argent n’avait pas d’odeur …

Inodore mais suintant l’argent sale, cette affaire aux multiples intrications, dont le PS aurait bien fait l’économie après la déroute des Européennes, étendrait ses ramifications jusqu’à SOS-Racisme, dont le parlementaire socialiste fut un des co-fondateurs historiques ainsi que de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl).

Tentant de démêler un écheveau des plus lucratifs, la brigade financière poursuit son investigation sur le transfert au bénéfice apparent de Julien Dray, entre 2006 et 2008, de la modique somme de… 351 027 euros, prélevée par des personnes de son entourage sur les comptes bancaires des associations « les Parrains de SOS-Racisme » et la Fidl. Parallèlement, sont aussi passés au crible des versements d’entrepreneurs de l’Essonne toujours au profit du député socialiste.

Que de mannes financières providentielles pour celui qui endossa le rôle du proche conseiller intègre de Ségolène Royal lors de la course à la présidentielle ! Continuant à nier toute malversation, l’élu du peuple, qui s’est mis au vert, pourrait être convoqué "dans les toutes prochaines semaines", dixit le Parquet.

Publicité

commentaires