Le port du voile agite de nouveau les esprits en Belgique

A l’instar de la France, le port du foulard islamique n’a jamais cessé d’être un facteur de polémique

mercredi 22 avril 2009

A l’instar de la France, le port du foulard islamique n’a jamais cessé d’être un facteur de polémiques passionnelles latentes en Belgique, qui enflent au gré de plaintes émanant des principales victimes concernées ou bien de nouveaux arbitrages institutionnels.

Un arrêt du 17 mars du Conseil d’Etat vient d’attiser la controverse, en stipulant que les établissements scolaires qui prohibent le voile ne pratiquent aucune discrimination, mais que bien au contraire c’est le voile en lui-même qui peut être considéré comme discriminatoire.

En 2005, le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX) protestait contre le règlement intérieur de deux écoles secondaires de Wallonie, dont l’interdiction formelle d’arborer "tout couvre-chef, tout signe ostensible d’appartenance politique ou religieuse" ciblait exclusivement les jeunes filles de confession musulmane.

Si la récente décision du Conseil d’Etat vient conforter la position des collèges et lycées francophones qui, pour plus de 90 % d’entre eux, proscrivent le foulard à l’école, les pouvoirs publics, quant à eux, se retranchent derrière une certaine lâcheté, laissant les directions d’écoles et les pouvoirs organisateurs des différents réseaux arbitrer.

Frileux à la perspective de raviver les tensions entre les partisans intransigeants de la laïcité et la sphère musulmane, les ministres bottent en touche en renvoyant aux conclusions d’une commission, qui avaient conclu notamment que le modèle français était inapplicable en Belgique en raison de l’histoire, de la Constitution et de l’organisation scolaire en vigueur, mais sans pour autant suggérer d’autres alternatives.

Rejoignant le concert de critiques hexagonal, les défenseurs d’une école "ouverte" déplorent vivement que ce texte pénalise de nombreuses jeunes filles musulmanes, en les plongeant dans les affres d’un repli et d’un isolement inéluctables et préjudiciables, soit tout le contraire de l’objectif claironné par les doctrinaires des textes "anti-foulard".

Publicité

commentaires