Le pèlerinage de la Mecque, entre pluies torrentielles et manifestation des fidèles iraniens

Après les caprices diluviens du ciel qui se sont abattus mercredi sur la Mecque et la ville portuaire de Jedd

jeudi 26 novembre 2009

Après les caprices diluviens du ciel qui se sont abattus mercredi sur la Mecque et la ville portuaire de Jeddah, causant la mort de 48 personnes, c’est sous un horizon plus clément que deux millions de pèlerins, de toutes nationalités, ont cheminé vers le mont Arafat, à pied ou véhiculés par de longs convois de bus, pour se rassembler en ce jeudi sur le monticule rocheux, unis dans la profondeur d’un recueillement qui constitue le moment fort du pèlerinage.

Cette procession, qui semble s’étendre à l’infini, est encadrée par un dispositif de sécurité de grande ampleur déployé par les autorités saoudiennes, lesquelles, craignant l’appel à la manifestation anti-américaine des croyants iraniens, avaient alerté contre une dérive politisée du pèlerinage.

C’est dans le calme que la contestation iranienne contre les « ennemis de l’islam » s’est finalement exprimée, ponctuant jeudi matin, sans incident, l’intensité de la prière par la résonance de slogans hostiles à l’Etat hébreu et aux Etats-Unis.

Le chef de la délégation iranienne au hajj, cheikh Mohammed Richari, porte-parole du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a lu un message dans lequel ce dernier a dénoncé "les ennemis de l’islam qui oeuvrent à diviser les musulmans en Palestine, à Gaza, en Afghanistan et en Irak », déplorant la guerre entre les rebelles chiites et le gouvernement au Yémen, qu’il qualifie "de coup de poignard dans le dos des musulmans", et appelant de ses vœux l’unité du monde musulman.

A l’ heure crépusculaire, les pèlerins s’en retourneront vers la vallée de Mina pour préparer vendredi l’Aïd al-Adha, la fête du sacrifice.

Publicité

commentaires