Le journaliste irakien Mountazer al-Zaïdi condamné à trois ans de prison

Après un ajournement de trois semaines consécutif à un débat qui a porté sur l’objet de la visite de Ge

jeudi 12 mars 2009

Après un ajournement de trois semaines consécutif à un débat qui a porté sur l’objet de la visite de George W.Bush en Irak, le verdict du procès très attendu du jeune journaliste de 30 ans, devenu une icône mondiale de la rébellion des sans-grade face aux puissants, vient de tomber à Bagdad dans la plus grande agitation : trois ans d’emprisonnement au motif "d’agression contre un chef d’Etat étranger lors d’une visite officielle".

Détenu depuis la mi-décembre dans une prison de la "zone verte", le secteur ultra-protégé de Bagdad, le journaliste correspondant au Caire pour une chaîne irakienne, encourait jusqu’à 15 ans de prison pour un geste dérisoire, empreint d’une révolte désespérée.

Sans illusion sur l’issue de ce que l’un de ses frères comparait récemment à une « pièce de théâtre », la famille du journaliste a annoncé qu’une plainte a été déposée devant un tribunal de Bruxelles afin de traduire en justice George W. Bush, Nouri al-Maliki et ses gardes du corps pour "torture", Mountazer al-Zaïdi ayant affirmé avoir été roué de coups et subi des sévices à l’électricité par un général.

Laissé à la seule appréciation d’un tribunal dont on peut légitimement s’interroger sur l’indépendance, l’ombre de l’arbitraire a plané sur un procès monté de toutes pièces…

Publicité

commentaires