Le hidjab dans l’œil du cyclone du Parti Québécois

Toujours plus loin, toujours plus fort, le tourbillon cyclonique du voile intégral qui s’est abattu sur le

mercredi 7 avril 2010

Toujours plus loin, toujours plus fort, le tourbillon cyclonique du voile intégral qui s’est abattu sur le Vieux Continent, balaie tout sur son passage, emportant à présent dans son sillage le hidjab, jusqu’aux confins de la Belle Province de nos grands cousins du Québec.

La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, monte au créneau pour retoquer le projet de loi déposé par la ministre de la Justice Kathleen Weil, jugé un peu trop timoré car ne proscrivant que les voiles qui dissimulent le visage, et exhorte à renforcer l’arsenal législatif pour mettre à l’index le foulard qui hérisse le poil : le foulard islamique.

« Même s’il s’agit d’un voile laissant le visage à découvert, le hidjab contrevient à la nécessaire neutralité de l’Etat », a martelé Mme Marois, en conférence de presse.

Insuffisant et frileux, le projet de loi anti-burqa ciblant les employés des ministères, des services publics, des réseaux de la santé et de l’éducation, de la société d’assurance automobile et de la régie de l’assurance maladie du Québec, ne satisfait pas la députée de Charlevoix entrée en résistance contre une certaine catégorie de couvre-chefs et de signes religieux, décidément trop ostensibles et indisposants pour être laïco-compatibles.

Associant allègrement le hidjab au kirpan, un poignard rituel sikh, la parlementaire, qui manie l’amalgame à la serpe, entend confiner les signes extérieurs distinctifs dans la douceur des foyers et dans les lieux de culte, loin des administrations et des institutions.

De là à conjecturer que l’idée de prohiber tous les voiles sur la voie publique taraude la leader du parti Québécois, il n’y a jamais qu’un petit pas de plus à franchir, et que quelques articles de loi supplémentaires à promulguer...

Publicité

commentaires