Le forcing de Nétanyahou pour faire reculer Obama sur les colonies

Au moment où les relations entre Israël et les Etats-Unis se sont nettement rafraîchies, le Premier ministr

jeudi 17 septembre 2009

Au moment où les relations entre Israël et les Etats-Unis se sont nettement rafraîchies, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou tente un coup de poker qu’il était aisé de prédire : arracher la capitulation de Barack Obama sur le gel des colonies.

Conforté dans sa suffisance hégémonique par des analystes israéliens qui prophétisent une victoire assurée, tant la perspective d’une guerre froide entre les deux alliés de toujours embarrasserait grandement Washington, Nétanyahou aborde confiant sa visite américaine de la semaine prochaine.

Et pourtant, Barack Obama, de son côté, nourrit toujours l’espoir, qualifié de naïf et d’idéaliste par ses détracteurs israéliens, d’aboutir à un compromis avec l’Etat juif sur cet épineux dossier, qui favoriserait la tenue du sommet de la paix dont il se rêve en grand architecte : réunir pour la première fois l’homme de fer d’Israël et le président palestinien, Mahmoud Abbas, sous son parrainage, afin de relancer les négociations de paix suspendues depuis la fin 2008.

Si des experts reconnaissent que Barack Obama a réussi à jeter les jalons des principes d’une paix au Proche-Orient, l’ensemble des acteurs du conflit exigent désormais de sa part des avancées concrètes et urgentes.

Publicité

commentaires