Le Silence des Mosquées : quand la musique se fait havre de paix

Leurs mélodies ont enchanté et fait vibrer de nombreux cœurs, leurs textes engagés ont sensibilisé et tra

vendredi 17 septembre 2010

Le Silence des Mosquées : quand la musique se fait havre de paix

Dans la lumineuse quiétude d’une mosquée, ou en rythme, sur des accords harmonieux, le cheminement vers Dieu peut emprunter différentes voies, chacune privilégiant une seule et même proximité spirituelle apaisée.

Leurs mélodies ont enchanté et fait vibrer de nombreux cœurs, leurs textes engagés ont sensibilisé et transporté un large public, Aziz, Brahim, Kader, Ali, Mansour incarnent Le Silence des Mosquées, un groupe aux belles influences, qui chante l’islam et sa portée universelle dans un agréable métissage musical mariant la variété française, le gospel, la musique orientale et africaine.

"Le prophète Mohammad" est leur dernier album. Alors qu’ils s’apprêtent à reprendre le chemin de la scène, les cinq compagnons de route, inséparables depuis l’enfance pour les membres fondateurs, se sont livrés en exclusivité à Oumma.com. Ils retracent la genèse de leur parcours artistique qui, telle une quête perpétuelle, s’est forgé sa couleur musicale unique, au fil du temps.

Le Silence des Mosquées vous invite à un voyage dans le sillage éclairé du Prophète Mohammad. Un nouvel opus, conçu tel un havre de paix mélodieux, qui a la foi.

Q / L’appellation de votre groupe évoque la paix de l’âme qui s’élève vers Dieu dans un lieu sacré par excellence. Quelle est l’origine de votre nom de scène ?

R/ L’origine de notre nom vient d’une de nos premières chansons intitulée « Le silence des mosquées ». Dans ce titre, on décrit le parcours d’un jeune homme, à la recherche de sa foi, qui la rencontre dans le recueillement, le silence et la paix d’une mosquée. Notre personnage fictif se voulait être le symbole de tous nos cheminements vers Dieu. Son havre de paix était ce lieu proche de son Créateur, près de ses frères.

Q/ Votre belle aventure musicale a pris son envol en 1997, année de la sortie de votre premier album. C’est avant tout une histoire d’amitié et de liens noués pendant l’enfance, du côté de Chenôve, dans la périphérie de Dijon. Qui sont les hommes derrière le Silence des Mosquées ?

R/ Aujourd’hui, le groupe se compose de Aziz, Brahim, Kader et Ali pour les anciens, et de Mansour qui a rejoint l’équipe en 2006. Les fondateurs ont mis le pied à l’étrier en chantant lors de soirées dédiées à la connaissance de l’Islam. Mansour, quant à lui, a suivi un itinéraire différent, c’est un musicien professionnel qui évolue depuis plus de 25 ans dans l’univers artistique. Son expérience a été très profitable, elle nous a beaucoup appris. Il ne faut pas oublier que nous sommes à la base des autodidactes.

Q/ Le public vous a découvert dans le registre de l’a cappella. Votre style a progressivement évolué. Quelle a été votre quête artistique, et comment vous définissez-vous sur le plan musical ?

R/ Un album est vraiment un état des lieux d’un groupe à un moment donné. Lorsque l’on écoute nos cinq albums, on peut ressentir une véritable évolution. Notre style musical s’est personnalisé au fur et à mesure. Je le définirai comme un subtil mélange de la variété française, de gospel, de musique orientale et africaine…

Q/ Vos chansons délivrent des messages universels qui touchent des générations entières. Votre fervent engagement en faveur de Gaza, de la Bosnie, entre autres, a marqué les esprits. Mesurez-vous ce formidable impact sur le public ? Ce succès vous confère-t-il un devoir et des responsabilités ?

R/ Il nous était difficile de prendre toute la mesure de cet impact. C’est au cours de nos concerts, sur scène face à notre public, que nous en avons véritablement pris conscience. Notre groupe est né engagé et le restera Inshallah. Maintenant, est-ce qu’il nous confère un devoir et des responsabilités ? Je pense que c’est le devoir de chaque Homme libre de ne jamais oublier ses propres devoirs et responsabilités, de s’impliquer dans des actions durables et de condamner fermement toutes les injustices.

Q/ Votre actualité, c’est ce cinquième album dédié au prophète : "Le Prophète Mohammad". Ce recueil de chants se veut-il un retour aux sources coraniques ? Est-ce que la perception politico-médiatique souvent négative du messager de l’islam a été une source d’inspiration ?

Ces chants se veulent avant tout un retour vers l’homme qui nous a été envoyé afin d’expliquer, d’enseigner et de promouvoir notre grande religion. Nous avons essayé de développer quelques aspects de son comportement exemplaire.

Plusieurs constats de la vie quotidienne nous ont inspiré cet album. Nous avons d’abord réalisé que peu de musulmans connaissaient réellement la vie du Prophète, et il nous a semblé important de pallier ces lacunes en composant des chansons à la fois pédagogiques et bien rythmées, susceptibles de plaire à tous, jeunes et moins jeunes. Quant à l’acharnement médiatique, nos chansons sont la meilleure arme pour apporter la contradiction à une certaine propagande officielle, et réhabiliter l’image d’un homme d’exception.

Q/ Une harmonie de sons et de voix, les accords d’une guitare, est-ce que cet album est celui de la maturité artistique ?

R/ Je pense effectivement qu’il a été élaboré avec une plus grande maturité que les précédents. Mais, c’est au public de juger et de nous faire part de son appréciation, car il est difficile de s’autocritiquer avec impartialité. Notre couleur musicale était en nous, nous l’avons pensée, conçue, et portée à maturation jusqu’à la phase la plus délicate : la faire ressortir et l’exprimer en mots et en musique. Maintenant, c’est chose faite et l’album ne nous appartient plus…

Q/ Quand vous vous penchez sur votre parcours et sur ce succès populaire qui ne s’est jamais démenti, quels sont les grands enseignements que vous tirez ?

R/ L’humilité, la patience, la persévérance, beaucoup de travail, et le plus important être mû par de bonnes intentions.

Q/ Vous allez reprendre le chemin de la scène. Où peut-on vous voir et à quelles dates ?

R/ Nous nous produirons très prochainement à Bruxelles, le 19 septembre. D’autres dates se profilent, et doivent se confirmer bientôt Inshallah. Des concerts entièrement dédiés à notre nouvel album, dans une mise en scène inédite, seront organisés ultérieurement. Nous invitons dès maintenant tous les Oummanautes à visiter notre site afin de connaître nos dates.

Q/ Enfin, où peut-on se procurer vos albums ?

R/ Pour le moment, notre seul point de vente est notre site internet : silence des mosquées

Nous profitons de cette interview sur Oumma.com pour faire passer ce message essentiel pour l’avenir de notre groupe : nous remercions chaleureusement toutes celles et ceux qui souhaiteraient acheter nos albums de bien vouloir acheter engagé.

En effet, nous sommes victimes d’un piratage à grande échelle. Un véritable fléau contre lequel nous devons lutter sans relâche, et avec l’aide de tous, car au fond nous n’avons confiance qu’en vous. Sachez que tout album que vous trouveriez sur le marché fait partie des Cd qui nous ont été purement et simplement volés.

Merci à toute l’équipe d’Oumma.com ainsi qu’à vous tous, sœurs, frères, amis, qui nous suivez et encouragez depuis si longtemps. Qu’Allah vous récompense et ne nous oubliez pas dans vos douas.

Salam Aleykoum

Propos recueillis par la rédaction

Publicité

commentaires