Le Monde « omet » une critique américaine des médias français révélée par Wikileaks

Omission par négligence, ou plutôt censure par omission, la question ne manquera pas de tarauder les esprits

vendredi 24 décembre 2010

Omission par négligence, ou plutôt censure par omission, la question ne manquera pas de tarauder les esprits curieux, avides de démystifier les forces occultes qui dirigent le monde, quand ils découvriront que le journal le Monde, l’un des partenaires de la première heure de Wikileaks, a passé sous silence un câble qui en dit long sur la vision américaine des médias français.

Il ne pouvait pas échapper à la sagacité du site déjà culte de Julian Assange, une missive particulièrement édifiante rédigée par l’ambassade des Etats-Unis en France à l’attention du Secrétariat d’Etat américain, brossant le portrait peu reluisant de la microsphère médiatique hexagonale, et de ses intrications étroites avec le monde politique.

Endogamie de classe, connivence professionnelle, oligarchie décisionnelle, les journalistes et les grands vecteurs d’information qui font et défont l’opinion française n’ont pas abusé les observateurs américains, qui dénoncent un noyautage sous influence, bien peu propice au traitement objectif des événements, à l’échelle nationale et internationale.

En substance, les paragraphes les plus intructifs publiés par le site qui fait chanceler toutes les chancelleries :

« 17. Les grand journalistes français sont souvent issus des mêmes écoles d’élite que de nombreux responsables gouvernementaux. Ces journalistes ne considèrent pas nécessairement que leur rôle premier soit de surveiller le pouvoir exécutif. Nombre d’entre eux se voient plutôt davantage comme des intellectuels, et préfèrent analyser les événements et influencer leurs lecteurs plutôt que de rapporter les événements.

18. Le secteur privé des médias en France (presse écrite, TV et radio) continue d’être dominé par un petit nombre de conglomérats, et l’ensemble des médias français sont davantage régulés et soumis aux pressions politiques et commerciales que leurs homologues américains. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, créé en 1989, nomme les dirigeants de l’ensemble des chaînes TV et stations de radio publiques et surveille leur contenu politique.

19. L’accès à internet se développe de manière continue en France, notamment chez les jeunes générations, et remplace rapidement les médias traditionnels. Toutes les grandes chaînes de télévision et stations de radio ont leur propre site internet, tout comme les grands organes de presse écrite. Les blogs sont un moyen de communication de plus en plus populaire pour les minorités et les ONG, qui les utilisent pour exprimer des opinions qu’ils estiment ne pas retrouver dans les médias traditionnels ».

Les esprits incrédules, qui ne s’en laissent pas conter, ne manqueront pas de s’interroger sur cet "oubli" pour le moins étonnant du journal Le Monde, alors que sa direction se faisait fort de concilier souci de transparence et exigence de discernement en relayant les révélations de Wikileaks. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, il semble bien que ce soit ce discernement là qui ait prévalu en la circonstance, un tri sélectif qui ressemble à s’y méprendre à une censure hostile à la transparence un peu trop autocritique...

Publicité

commentaires