Le Conseil de coopération du Golfe pousse Obama à agir urgemment

Quelques jours après le magistral discours du Caire prônant la création d’un Etat palestinien, les six mo

mardi 9 juin 2009

Quelques jours après le magistral discours du Caire prônant la création d’un Etat palestinien, les six monarchies pétrolières du Golfe, alliées des Etats-Unis, regroupées au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG), prennent au mot le président américain, exigeant qu’il mette instamment en application sa politique du renouveau au Proche-Orient.

Tout en saluant la nouvelle position américaine sur le conflit israélo-palestinien, les ministres des affaires étrangères de l’instance représentative des émirats exhortent aujourd’hui à un impérieux passage à l’acte, seul gage tangible du « nouveau départ » scandé par Barack Obama.

Escomptant que des pressions soient exercées sur le gouvernement israélien afin qu’il s’aligne sur la décision de constituer un Etat palestinien souverain, la requête pressante des ministres vient d’être relayée par l’intervention du roi Abdallah d’Arabie saoudite, lequel, dans le quotidien arabe Al-Hayat, alertait dimanche sur l’impatience fébrile qui gagnerait les Arabes si d’aventure les paroles prometteuses de Barack Obama restaient désespérément lettre morte, lui-même appelant l’homme fort de Washington à mettre à exécution sa feuille de route de la rupture.

Publicité

commentaires