Le CFCM s’oppose à une loi sur le voile intégral

Auditionné par la coalition de parlementaires qui se sont emparés de la question du voile intégral, le pré

jeudi 15 octobre 2009

Auditionné par la coalition de parlementaires qui se sont emparés de la question du voile intégral, le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, a pris position contre toute velléité de législation visant à réglementer, voire à proscrire, le port de ce vêtement dans l’espace public, au grand dam, à n’en pas douter, du grand ordonnateur de la mission de tous les amalgames, André Gerin.

Alertant sur les dangers tangibles de stigmatisation de l’islam et sur le ressentiment inéluctable qui se répand au sein de la communauté musulmane, les représentants du Conseil français du culte musulman ont désapprouvé la perspective d’une loi, appelant les élus à leur devoir de cohésion sociale en méditant l’onde de choc préjudiciable de sa future adoption.

Terrible désillusion pour le député communiste, André Gerin, agitateur en chef de cette violente levée de boucliers contre un signe vestimentaire très marginal, qui tablait sur le soutien inconditionnel des musulmans qualifiés de « modérés », une hiérarchisation qui en dit long sur le racisme néocolonial ambiant.

Seulement voilà, cette mascarade politique populiste ne leurre plus personne, et surtout pas une communauté musulmane plurielle qui redoute, à juste titre, de se voir marquer au fer rouge du sceau de l’extrémisme.

Seule voix dissonante, Dalil Boubakeur, le recteur de la Mosquée de Paris, a cru bon de nuancer l’opposition du CFCM en apportant du grain à moudre à André Gerin : " La burqa est marginale. Mais elle signe la montée en puissance des fondamentalistes."

Activant les bons vieux ressorts démagogiques qui font malheureusement toujours recette, c’est sur le plan très pragmatique du juridique que la mission parlementaire risque fort d’achopper. En effet, la majorité des juristes entendus par les députés se sont montrés très réticents à une interdiction générale, suggérant plutôt de prohiber tous les couvre-chefs dissimulant les visages des individus dans des lieux qui nécessitent des mesures de sécurité particulières.

Au final, quels subterfuges grossiers sortiront-ils du chapeau de cette mission des faux-semblants qui, sous couvert de neutralité républicaine, avance, elle, masquée ?

Publicité

commentaires