La victoire d’Ahmadinejad entérinée sous haute sécurité

Epilogue d’un chapitre insurrectionnel sans précédent dans l’histoire de la République islamique d’Ir

mardi 30 juin 2009

Epilogue d’un chapitre insurrectionnel sans précédent dans l’histoire de la République islamique d’Iran, le Conseil des gardiens vient de proclamer la réélection de Mahmoud Ahmadinejad au terme de la 10ème élection présidentielle.

Après avoir procédé au recomptage partiel des urnes pour réfuter les allégations de fraude à grande échelle portées par son principal rival, Mir Hossein Moussavi, et brandies en étendard de la contestation, le chef du Conseil des gardiens de la Constitution, l’ayatollah Ahmad Janati, a officiellement ratifié la victoire de Mahmoud Ahmadinejad, le créditant de 63% des suffrages, contre seulement 34% pour Mir Hossein Moussavi.

Distançant très nettement l’ancien poids lourd de la politique que fut Mir Hossein Moussavi, Mahmoud Ahmadinejad est conforté dans sa légitimité, après quinze jours d’un climat séditieux d’une violence inouïe.

Parallèlement, l’Iran, qui a soupçonné Londres d’avoir fomenté la vague de protestation au soir du 12 juin, vient de consentir à la libération de cinq des neufs employés locaux de l’ambassade de Grande-Bretagne, assurant ne pas vouloir rompre ses relations avec les puissances occidentales.

La promulgation de la nouvelle présidence se fera sous la haute surveillance d’un dispositif policier déployé sur les principales places de Téhéran, afin de dissuader les partisans de l’opposition d’envahir de nouveau la rue.

Publicité

commentaires