« La tentation fascisante qui exclut les musulmans », selon Cohn-Bendit

Brisant net le consensus de politique politicienne sur la consultation publique infligée aux français, Danie

vendredi 4 décembre 2009

Le débat sur l’identité nationale ne passera pas par Daniel Cohn-Bendit !

La faconde du chef de file d’Europe Ecologie, qui caresse le rêve « improbable mais pas impossible » de conquérir une région, a fait mouche jeudi matin, sur les ondes d’Europe1.

Brisant net le consensus de politique politicienne sur la consultation publique infligée aux français, Daniel Cohn-Bendit a lancé sans ambages à Jean-Pierre Elkabbach : « ce débat ne sert à rien ! », s’exclamant : « les débats qui sanctifient une identité excluent par définition, et nous devons tout faire pour inclure ».

Loin de faillir à sa réputation d’empêcheur de tourner en rond de la République, le plus célèbre vert franco-allemand a en quelques mots percutants exprimé tout haut ce qu’une minorité silencieuse tait, accablée par le poids harassant du quotidien, osant l’analogie de tous les dangers : la résurgence européenne du spectre du fascisme qui, après avoir « exclut les juifs, exclut aujourd’hui les musulmans ».

« Dans un monde en mouvement qui fait peur » comme l’a souligné l’inconditionnel de foot, la tentation fascisante qui a choisi ses nouvelles victimes expiatrices est une réalité bien tangible. Et dénoncer cet obscurantisme là ne répond à aucune tentation victimaire…

Publicité

commentaires