La sordide affaire de Banyuls est l’œuvre de monstres illuminés

Parmi la recrudescence de drames familiaux dont la monstruosité dépasse l’entendement, la tragique découv

jeudi 16 avril 2009

Parmi la recrudescence de drames familiaux dont la monstruosité dépasse l’entendement, la tragique découverte à Banyuls de huit enfants affamés, proies innocentes et sans défense de la maltraitance et de la privation de nourriture infligées par leurs propres parents, illustre une fois de trop la déviance pathologique d’un couple en complète rupture sociale.

Dévoyant à ce point les préceptes essentiels d’amour, d’humanisme et de compassion inhérents à l’islam, jusqu’à justifier en son nom l’horreur de leurs sévices, ces deux bourreaux en puissance, repliés sur eux-mêmes, ont appliqué un mode de vie digne des pires sectes.

Le père de famille, d’origine marocaine, et son épouse d’origine slave, convertie à l’islam, âgés respectivement de 49 ans et 50 ans, ont été mis en examen et écroués lundi pour privation d’aliments et de soins compromettant la santé des enfants mineurs, ainsi que pour manquement à leurs obligations légales et violences sur mineurs.

Trois des huit enfants les plus amaigris, ont été hospitalisés, les autres ayant été placés dans un foyer. Une expertise médico-psychologique a été requise pour l’ensemble des enfants, âgés de 7 à 17 ans. Aucune barbarie ne peut être revendiquée au nom du message divin, sauf à en souiller la quintessence de ses enseignements. L’islam fait du foyer un havre précieux de la transmission des valeurs morales et religieuses, au sein duquel l’enfant est un joyau chéri et protégé.

Publicité

commentaires