La prière

Le deuxième des cinq piliers de l’islam est la prière (Salât). Celle-ci est obligatoire cinq fois par jou

jeudi 25 mai 2000

Le deuxième des cinq piliers de l’islam est la prière (Salât). Celle-ci est obligatoire cinq fois par jour dès que le fidèle a atteint la puberté : à l’aube (subh), à midi (zuhr), au milieu de l’après-midi (‘asr), le soir (maghrib) et la nuit venue (ishâ).

Le Prophète Muhammad insistait beaucoup sur l’hygiène lors de la prière, et aujourd’hui encore, le croyant doit se laver avant de prier. C’est pourquoi la prière sera toujours précédée d’ablutions réelles ou parfois symboliques qui seront majeures ou mineures suivant les impuretés contractées depuis la prière précédente ( par exemple, les impuretés liées au sang ou au sperme requièrent des ablutions majeures.)

La prière quotidienne peut s’accomplir à la mosquée ou sur un espace sacralisé comme un tapis. Le corps doit être tourné en direction de La Mecque.

La prière est précédée d’un appel à la prière (adhân), lancée par le Muezzin. Ensuite, le fidèle récite debout la fatihâ, la première sourate du Coran. Après quoi, suite à la récitation de quelques versets du Coran, viennent les mouvements d’adoration.

Le vendredi, la prière du milieu du jour (zuhr) doit se dérouler à la mosquée. Elle nécessite en effet la présence d’au moins quarante fidèles réunis selon certaines écoles, cette prière a donc un aspect social très important dans la communauté musulmane. Elle commence par un sermon (khutba), à teneur souvent politique, et est dirigée par un imam, en général quelqu’un qui a fait des études coraniques (étant donné que l’islam est une religion sans prêtre, n’importe quel musulman compétent peut prendre le rôle d’imam.)

 

 

 

 

Notes :

Les heures de prière de l’aube (subh) et du crépuscule (maghrib) seront un peu décalées par rapport au mouvement du soleil pour éviter que la religion soit apparentée à un culte solaire.

Il ne faut pas confondre imam et Imam. Le premier officie dans chaque mosquée, lors de la prière du vendredi, son titre est spécifique du mouvement sunnite. Le deuxième est le titre porté, dans l’islam shiite, par l’héritier du prophète. Celui-ci est alors considéré comme un guide spirituel de toute la communauté musulmane chiite.

Le muezzin. (de l’arabe mu’adhdhin : celui qui récite l’adhân). Ce personnage rythme véritablement de son appel le quotidien des musulmans. Tous ceux qui sont partis un dans un pays musulman se sont fait réveiller par sa voix. Aujourd’hui, il est très souvent remplacé par un enregistreur qui diffuse l’appel à la prière au travers de la ville, dans des haut-parleurs grésillants. Autrefois, le muezzin lançait son appel du haut d’une des tours de la mosquée appelée minaret (l’usage voulait que cet office soit confié à un aveugle, de sorte que son regard ne puisse surprendre une femme dans la cour de sa maison.) Voici l’appel que lance le muezzin :

&

&

&

&

&

&

&

&

&

&

Lorsqu’il est dit que les fidèles se tournent vers la Mecque pour prier, plus précisément, ils se tournent vers la Kaab’a. Un édifice cubique situé à peu près au centre de la grande mosquée de la Mecque et dans la paroi duquel est scellée la Pierre noire. Selon le Coran, les fondements de la Kaaba ont été établis par Adam et c’est Abraham qui, après l’avoir reconstruite, a reçu la Pierre Noire de l’ange Gabriel.

la mosquée (masdjid) désigne un endroit rituellement pur où le fidèle peut se prosterner. Les principaux éléments en sont le minaret (tour extérieure), le mur qibla (mur orienté vers la Mecque, situé au fond de la salle de prière), le minbar (chaire à prêcher où se place l’imam pour le sermon du vendredi) et un espace réservé aux femmes. Seules les personnes en état de pureté rituelle peuvent accéder à la mosquée, c’est pourquoi, dans la cour (sahn) se trouve souvent une fontaine aux ablutions (mîdâ). Le sol de la salle de prière est recouvert de tapis et il faut être déchaussé pour pénétrer dans la mosquée.

D’après plusieurs hadiths, il apparaîtrait que la prière sera le premier devoir au sujet duquel les croyants seront questionnés le jour du jugement dernier.

Peu après la mort de sa première épouse, Muhammad serait allé négocier avec Dieu le nombre de prières à accomplir chaque jour. Aidé par Moïse, il aurait ainsi réussi à en faire redescendre le nombre de 50 à seulement 5 prières par jour !

Initialement, avant que Muhammad n’entre en guerre avec les tribus juives de la ville de Médine, les musulmans se tournaient vers Jérusalem pour prier.

Publicité

commentaires