La preuve par l’image : 60 000 caméras de vidéosurveillance d’ici à 2011

Si le football professionnel rechigne à y venir, le territoire national, par l’intermédiaire de Brice Hort

lundi 23 novembre 2009

Si le football professionnel rechigne à y venir, le territoire national, par l’intermédiaire de Brice Hortefeux, y court à grands pas : le déploiement d’une panoplie de 60 000 caméras de vidéosurveillance sur la voie publique, à l’horizon 2011...

Un quadrillage audiovisuel de l’espace public sans précédent, véritable tournant dans la traque de la délinquance, que la police avait déjà amorcé en s’équipant de plus en plus de l’outil audiovisuel pour identifier les malfrats, ou encore dissuader et prévenir en cas de litige.

Lors du récent salon Milipol consacré aux équipements de sécurité, le ministre de l’Intérieur a annoncé que 16 millions d’euros seraient mobilisés en 2010 pour la police technique et scientifique (PTS).

Bijoux de la miniaturisation technologique, les "caméras-piétons", des mini-caméras portées sur les lunettes de protection, le casque ou agrafées sur la poitrine des policiers, sont actuellement en cours d’expérimentation dans les compagnies de sécurisation et d’intervention en banlieue parisienne, en Seine-Saint-Denis, dans l’Essonne et les Yvelines.

En se dotant de ces nouvelles armes innovantes, la police espère mettre en déroute les vidéos amateurs qui prolifèrent sur le Net, filmées la plupart du temps depuis des téléphones portables, et qui battent tous les records d’audience.

Dans cette surenchère de la preuve par l’image, il faut espérer que les vertus pacificatrices des derniers-nés audiovisuels dans les relations policiers-citoyens que l’on nous vante, ne seront pas totalement sacrifiées sur l’autel de la guerre des images…

Publicité

commentaires