La première poignée de main entre Nétanyahou et Abbas scénographiée par Washington

Reproduisant la mise en scène historique de 1993, quand Itzhak Rabbin et Yasser Arafat se serrèrent la main

mercredi 23 septembre 2009

Reproduisant la mise en scène historique de 1993, quand Itzhak Rabbin et Yasser Arafat se serrèrent la main sous le regard bienveillant de Bill Clinton, la première poignée de main entre les deux protagonistes actuels du conflit israélo-palestinien, Benyamin Nétanyahou et Mahmoud Abbas, s’est déroulée sous les auspices de Barack Obama le 22 septembre dernier.

En marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le président américain, qui s’essaie à l’exercice périlleux de la construction de la paix dans une région douloureusement meurtrie par un engrenage conflictuel sans fin, a pressé les deux acteurs clés à dépasser leurs antagonismes pour agir concrètement.

Face à des négociations au point mort, Barack Obama n’a d’autre alternative que d’exhorter à nouveau chacun des deux camps à faire des compromis significatifs.

Ainsi, a-t-il demandé aux palestiniens d’accepter l’augure de nouvelles tables rondes et de réfréner les sentiments anti-israéliens, tout en exigeant des israéliens qu’ils traduisent par des actes ce qu’ils se sont engagés à faire sur la question de tous les enjeux : la colonisation.

Mais, à la lumière du nouvel échec de la mission de médiation conduite par l’envoyé spécial pour le Proche-Orient, George Mitchell, la semaine dernière, à la fois en Israël et en Palestine, les appels réitérés de Barack Obama sonnent comme un voeu désespérément pieux.

Publicité

commentaires