La mosquée d’Obernai, nouvelle cible d’un intolérable rituel profanatoire

Mais que font donc les pouvoirs publics ? Comment ne pas interpeller avec force les autorités face à une co

dimanche 14 février 2010

Mais que font donc les pouvoirs publics ? Comment ne pas interpeller avec force les autorités face à une contagion de profanations qui, depuis des mois, se propage sur le territoire national, sans qu’aucune mesure répressive ne vienne enrayer ce lugubre rituel aux adeptes tapis dans l’ombre ?

Dans le collimateur de quatre jeunes gens, la mosquée d’Obernai, dans le Bas-Rhin, a subi une expédition punitive dans la nuit de vendredi à samedi. Hissés sur son toit, les profanateurs se sont attaqués au symbole de l’islam, en tordant le support du croissant métallique érigé sur le lieu de culte, avant de prendre courageusement leurs jambes à leur cou...

Inaugurée en janvier 2009, cette mosquée essentiellement fréquentée par la communauté turque, avait déjà été dégradée lors de sa construction en 2008.

Révolté, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est déclaré "fortement indigné" par cette profanation, et "exhorte les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour arrêter et punir les coupables de ces profanations qui fragilisent le ’vivre ensemble’ et la cohésion nationale".

Loin d’en rester là, le CFCM entend faire suivre son cri de protestation d’un acte fort : la demande de création d’une mission d’information sur la montée de l’islamophobie.

Publicité

commentaires