La journée de la Terre : symbole de la résistance de la Palestine

Le 30 mars 1976, sous la conduite de la Conférence nationale pour la défense des terres arabes, les Palestin

mercredi 29 mars 2006

Le 30 mars 1976, sous la conduite de la Conférence nationale pour la défense des terres arabes, les Palestiniens vivant en Israël mènent une manifestation de masse contre les confiscations de terres opérées par Israël. Cette manifestation pacifique a été réprimée dans le sang. Six Palestiniens sont tués par l’armée, des dizaines d’autres blessés. Depuis, chaque année, cet événement est commémoré, non seulement en Palestine occupée, mais aussi à travers le monde.

Cette commémoration constitue en effet le cœur de la résistance d’un peuple qui refuse obstinément de mourir, qui réaffirme chaque année avec éclat que ni les massacres, ni les destructions de maisons et de vergers, ni les humiliations aux check points, n’auront raison de son entêtement à demeurer sur la terre de Palestine, sa terre. Les stratèges de l’ombre au sein du gouvernement israélien peuvent rêver d’une Palestine débarrassée de ses habitants encombrants, leur rêve n’a aucune chance de se réaliser. L’ancrage multiséculaire du peuple palestinien est beaucoup trop fort pour qu’il accepte, sous le joug israélien, une nouvelle dispersion sur les routes de l’exil.

Oui, cette terre est la sienne. On nous sert depuis longtemps les mensonges de la mythologie coloniale, celle des jeunes défricheurs de terres vierges venus d’Europe. La vérité, c’est que c’est le peuple palestinien qui a fécondé, dépierré cette terre. Il y a planté les vergers, les oliviers, toujours présents dans le paysage en dépit de l’acharnement de la soldatesque israélienne à les arracher. Il a modelé le paysage, façonné les maisons qui descendent les collines en pente douce. Il fait corps avec Jérusalem, avec l’Eglise de la Nativité, avec le Noble Sanctuaire. Il fait partie intégrante du paysage.

Chaque année, partout dans le monde, on réaffirme la pérennité de la présence palestinienne en Palestine. Chaque année, on dénonce l’arrogance, le mépris de ces jeunes nervis en uniforme qu’une propagande assassine essaie en vain de faire passer pour des porte-drapeaux de la morale.

Non, nous ne laisserons pas les Palestiniens être les Amérindiens du XXIème siècle. La Nation palestinienne restera debout et ne sera pas salie par l’outrage qu’elle subit. Quand sonnera la fin de la longue injustice qu’elle subit, nous célébrerons le retour du droit et de la justice.

Chaque année, nous continuerons encore et toujours à célébrer le lien fusionnel entre les Palestiniens et la terre de Palestine !

Ce trentième anniversaire sera célébré avec éclat le 2 avril 2006, à partir de 14 heures 30, à la salle Jacques Brel, 164, boulevard Gallieni, Fontenay-sous-Bois, 94120. Plusieurs personnalités vont y participer, en présence de Hind Khoury, Déléguée générale de la Palestine en France

Femmes et hommes de bonne volonté, retrouvons-nous autour de cet événement pour dire notre refus de l’injustice, notre volonté de faire appliquer les résolutions internationales, notre exigence de sanction contre Israël qui refuse de se soumettre au droit international.

PALESTINE

30ème année de commémorations de la Journée de la Terre

Dimanche 2 avril à partir de 14h30 à la salle Jacques Brel, 164, boulevard Gallieni, Fontenay-sous-Bois, 94120 (RER « Val-de-Fontenay » ou « Fontenay-sous-Bois » (ligne A), puis autobus 124 (arrêt Hôtel de Ville).

Expositions, stands, projections de films, débats...

  •  La Journée de la Terre en Palestine : du symbole à la lutte
  •  Jérusalem : de la cohabitation à la colonisation, l’annexion et la judaïsation
  •  Le nouveau paysage politique en Palestine : « Nos dirigeants ont changé pas nos droits ! »
  •  Multiples visages pour une solidarité concrète avec le peuple palestinien

    En présence de Hind KHOURY : Déléguée générale de la Palestine en France

    Et des intervenant(e)s suivant(e)s :

    Walid ATALLAH, Majed BAMYA, Danielle BIDARD-REYDET, Saïd BOUAMAMA, Alima BOUMEDIENNE-THIERY, Youssef BOUSSOUMAH, Liliana CORDOBA KACZERGINSKI, Ilham HAMAD, Fouad IMMARAINE, Lisette M’BAÏREH, Bernard RAVENEL, Elias SANBAR (sous réserve), Pierre TOULAT, Manal Al TAMIMI, un représentant de la CGT d’Alstom...

    De la musique et de la danse avec :

  •  Dabkeh (danse populaire palestinienne)
  •  Dal’ouna http://www.dalouna.net/
  •  Dolé http://www.doleafricanreggae.com/
  •  Le Ministère des Affaires Populaires http://www.map-site.fr/index_bis.html
  •  Marco Polo et Dayanem
  •  MusicHalles
  •  Qalam

    Le 30 mars 1976, l’armée israélienne tuait six Palestiniens d’Israël et en blessait des dizaines d’autres pour réprimer une manifestation contre la confiscation des terres.Cette journée a été depuis décrétée Journée de la Terre et est commémorée chaque année en Palestine et à travers le monde Chaque année est ainsi réaffirmé le lien indestructible entre les Palestiniens et la terre de Palestine.

    Chaque année est ainsi réaffirmée la présence têtue des Palestiniens sur leur terre et leur résistance obstinée aux tentatives israéliennes de les inciter au départ et à l’abandon.

    Chaque année, nous clamons à la face du monde notre exigence de justice.

    Chaque année, nous dénonçons la persistance d’une situation coloniale anachronique.

    Chaque année, nous dénonçons les crimes des gouvernements israéliens et la lâche complicité de la communauté internationale.

    Chaque année, nous célébrerons cet événement jusqu’à ce qu’Israël réalise l’inutilité de sa tentative de déni du peuple palestinien.

    Chaque année, nous rappellerons au monde sa mauvaise conscience.

    Femmes et hommes de bonne volonté, retrouvons-nous autour de cet événement pour dire notre refus de l’injustice, notre volonté de faire appliquer les résolutions internationales, notre exigence de sanction contre Israël qui refuse de se soumettre au droit international.

    Le dimanche 2 avril 2006, à partir de 14 heures 30

    A la salle Jacques Brel,164, boulevard Gallieni, Fontenay-sous-Bois, 94120Val-de-Fontenay ou Fontenay-sous-Bois (ligne A), puis autobus 124 (arrêt Hôtel de Ville)

    PAF 5 euros

  • Publicité

    commentaires