La grande mosquée de Marseille sortira de terre en 2011

« C’est un grand jour. C’est l’acte de naissance de notre mosquée. A nous désormais de l’élever 

vendredi 6 novembre 2009

« C’est un grand jour. C’est l’acte de naissance de notre mosquée. A nous désormais de l’élever », s’est exclamé visiblement rasséréné Nourredine Cheikh, le président de l’association La mosquée de Marseille.

La cité phocéenne vient en effet de franchir une étape hautement symbolique en délivrant, par l’intermédiaire de son premier magistrat, le sénateur-maire UMP, Jean-Claude Gaudin, un permis de construire attendu avec fébrilité.

Coupant l’herbe sous le pied des farouches militants du FN, principaux détracteurs du projet, l’édile de Marseille a révisé sa propre opposition à ce chantier de très grande envergure qualifié de « mosquée cathédrale », estimant en fin statisticien de la politique qu’il était plus judicieux de satisfaire les attentes légitimes de ses 200 000 administrés de confession musulmane, soit le quart de la population locale…

Implantée dans les quartiers nords, l’imposant édifice religieux battra des records de superficie, doté de l’une des plus grandes salles de prière d’Europe qui s’étendra sur 3 500 m², permettant d’accueillir un maximum de 7 000 croyants.

Erigé tel un phare élancé de la prière, un minaret rayonnera du haut de ses 25 mètres, diffusant un faisceau lumineux pour appeler au recueillement, l’appel sonore étant uniquement perceptible à l’intérieur du bâtiment.

Seul bémol, et non des moindres : réunir les 22 millions indispensables au financement de cette réalisation architecturale majestueuse. Une perspective qui est loin de tempérer l’enthousiasme de Nourredine Cheikh, ce dernier assurant qu’une « quinzaine de pays riches nous ont assurés de leur aide ». Un soutien précieux complété par une souscription publique lancée récemment.

L’inauguration officielle est programmée pour la fête de l’Aïd en novembre 2011.

Publicité

commentaires