Les « musulmans » deviennent plus respectables quand ils sont despotes et milliardaires…

Les musulmans, deviennent plus respectables et fréquentables quand ils sont despotes et milliardaires…

vendredi 21 mai 2010

La fille du dictateur Ouzbèke, maîtresse de cérémonie à Cannes

Dans la bulle dorée de l’insouciance cannoise, c’est bien le cadet des soucis de la grande communauté internationale des jet-setteurs que de savoir s’il y a la plus cruelle des dictatures derrière la papillonnante ambassadrice Ouzbèke, Gulnara Karimova.

Parmi les soirées très courues de la quinzaine de Cannes, le grand gala de l’Amfar, la fondation américaine de lutte contre le sida, a jeté cette année son dévolu sur une nouvelle maîtresse de cérémonie, en la personne de Gulnara Karimova, qui adore par-dessus tout jouer à la princesse généreuse parmi les stars du 7ème art, lesquelles ne rechignent pas sur ses largesses pour le moins princières…

Et ce ne sont pas les scrupules qui étouffent la fille aînée choyée par son tyran de père, Islam Karimov, fidèle allié des Etats-Unis, régnant de main de maître sur un état d’Asie Centrale de 28 millions d’âmes, à 90% musulmanes, qui a fait de la torture et des assassinats commandités au nom « de la lutte contre le terrorisme » une coutume locale, alors même que la lutte contre le Sida est mise à rude épreuve dans son pays, quand elle ne conduit pas tout droit vers des geôles lugubres.

Attirée par tout ce qui brille, l’ambassadrice d’Ouzbékistan en Suisse et en Espagne, chanteuse à ses heures, qui serait propriétaire de près de la moitié de son pays, se double d’une organisatrice de soirées VIP à la gloire de son illustre papa, n’hésitant à rétribuer grassement la présence de têtes d’affiches du cinéma, qui se laissent facilement acheter. Ainsi, Monica Bellucci avait accepté de frayer en eaux troubles le temps d’une soirée tarifée à… 190 000 euros… Le pactole !

A Cannes comme ailleurs, l’argent n’a pas d’odeur, le Charity Business s’assoit sur l’éthique, quant aux musulmans, ils s’invitent aux meilleures tables, devenant tout de suite beaucoup plus respectables et fréquentables quand ils sont despotes et milliardaires…

Publicité

commentaires