La confession de Jamal Dati, le frère de l’ombre

Difficile d’être le frère, laissé-pour-compte, d’une femme de caractère, qui a manœuvré toute sa vie

lundi 5 octobre 2009

Difficile d’être le frère, laissé-pour-compte, d’une femme de caractère, qui a manœuvré toute sa vie durant pour être dans la lumière…

Bombe éditoriale, s’il en est, le livre de Jamal Dati, le cadet de l’eurodéputée Rachida Dati, qui a vécu dans l’ombre de son ambitieuse sœur, et croupi à l’ombre pendant un an pour trafic de stupéfiants, sonne l’heure d’un règlement de comptes avec celle qui, prise dans le tourbillon grisant de la célébrité, l’a abandonné sans scrupule à son triste sort.

Sortant d’une autre ombre, celle de l’anonymat, le « mal-aimé » de la famille, âgé de 37 ans, se confie à cœur ouvert dans un ouvrage qui paraît aujourd’hui « A l’ombre de Rachida », narrant sa descente aux enfers dans la délinquance, convaincu qu’il doit son incarcération en 2007 à une vendetta des magistrats majoritairement hostiles à sa garde des Sceaux de sœur, laquelle l’a alors ignoré de toute sa superbe.

Assuré d’une large médiatisation, ce témoignage, dont la promesse de révélations est loin d’être aussi croustillante que prévu, a pourtant semé un vent de panique chez le clan Dati, qui a activé tous ses réseaux pour empêcher sa parution, sans compter l’épisode de juin dernier, où une copie du manuscrit conservée précieusement par l’éditeur s’est mystérieusement volatilisée.

Dati, frère et soeur, ou quand l’esprit de famille ne résiste pas à la pipolisation tous azimuts.

Publicité

commentaires