La Palestine et le Liban censurés à Garges

Nous avions prévu pour ce mois d’août une soirée de débats et d’informations axés autour de la situat

dimanche 27 août 2006

Monsieur le Maire de Garges-lès-Gonesse,

Nous avions prévu pour ce mois d’août une soirée de débats et d’informations axés autour de la situation dramatique qui prévaut au Liban et en Palestine suite aux agression israéliennes afin de discuter de la possibilité d’organiser des réseaux de solidarité en direction des peuples libanais et palestinien qui paient injustement ce conflit au prix fort et que notre silence rendrait plus insupportable encore.

Malheureusement, vous et votre équipe avez fermement refusé de nous accorder une salle pour nous permettre de tenir cette réunion. Il s’agir de la troisième opposition de votre part pour cette année. Selon vous, notre initiative tiendrait du communautarisme et ne relèverait pas de la vie communale.

Or nous considérons qu’il y a un amalgame injuste à soutenir que la solidarité avec les peuples opprimés tiendrait du communautarisme. Nous en sommes d’autant plus convaincus que J. Chirac, président de la République, a joué un rôle décisif de modération dans le conflit avec pour seule base le droit international et la justice, sans quelques velléités communautaires que ce soient.

Par ailleurs, nous estimons que si la municipalité doit encourager la vie associative sur son territoire, il n’est pas de votre devoir de juger seul des questions qui peuvent ou non intéresser les citoyens de la ville. Si vous estimez que vos compétences s’arrêtent au nettoiement et à l’entretien de la voirie, les habitants de la ville sont, eux, ouverts sur le monde et avides de connaissances et d’actions collectives.

C’est pourquoi, M.Lefèvre, nous pensons que les raisons que vous avez avancées ne sont que des prétextes pour saboter toute possibilité d’action collective et solidaire en direction du Liban et de la Palestine. Taire le drame des peuples opprimés, c’est être complices des crimes de guerres israéliens.

De plus, nous voulons dire combien est profonde notre inquiétude au sujet de l’égalité de l’accès aux débats démocratiques pour tous. Nous ne pouvons nous empêcher de penser que vous profitez opportunément de la situation actuelle pour continuer à interdire à une large partie de la population l’accès au débat d’idées, à la citoyenneté et à l’expression de leur solidarité aux peuples du monde qui subissent l’injustice.

Ainsi en déclarant clairement votre volonté de maintenir avec la population de Garges un dialogue qui est uniquement basé sur le contrôle, la suspicion et le mépris vous prenez aussi la responsabilité de dresser des murs entre les populations de la ville en empêchant tout dialogue.

Pour notre part, la censure à laquelle vous commencez à nous habituer est la preuve que dans les cités, il n’y a plus rien à attendre des représentants politiques. Nous disons aux Gargeois qu’il est urgent de construire une mobilisation qui nous représente réellement, qui nous ressemble et qui nous rendra une parole que vous nous confisquez. Nous promettons aussi aux Gargeois que les nouvelles formes de combats que nous engageront conduiront à lutter démocratiquement contre votre attitude de soutien tacite aux crimes commis contre des peuples opprimés.

Liman Wajdi, président de l’association VETO ! GARGES http://vetogarges.free.fr

Publicité

commentaires